Un interesante dossier dedicado a “Epistémologies digitales des sciences humaines et sociales” en el número 2 de la revista Sciences-Lettres

Gracias a la interesante lista de distribución Theuth, promovida por los historiadores de la ciencia franceses, tengo conocimiento de este anuncio que efectúa Eric Guichard, Maître de conférences HDR en el lENSSIB, director de programa en el Collège International de Philosophie, y responsable del equipo Réseaux, Savoirs & Territoires de l’ENS.

En él presenta la salida del número 2 de la revista  Sciences-Lettres, dedicada a un asunto de palpitante actualidad como son las epistemologías digitales de las ciencias humanas y sociales, asunto sobre el que se va creando una interesante literatura. Parte de ella la voy recogiendo en mi sección de scoop it dedicada a las humanidades digitales, en general, y a la historia digital, en particular.

Se puede acceder a este número 2 de la revista Sciences-Lettres en la URL : http://rsl.revues.org/355

Doy cuenta a continuación de la presentación del volumen efectuada por el mencionado investigador francés.

Revue Sciences-Lettres

Ce numéro est composé d’articles théoriques et empiriques qui détaillent l’évolution des pratiques au sein de disciplines variées (histoire, linguistique, philosophie, sociologie, etc.), avec l’essor et l’appropriation de l’informatique et des réseaux.

Les dimensions scientifiques de ces pratiques sont décrites et analysées, et mises en relation avec celles qui relèvent plus du “social”; par exemple, l’évolution de nos métiers (écrivains, éditeurs, universitaires) est soigneusement détaillée.

Les enjeux théoriques sont mis en perspective de façon argumentée: circulations entre données, outils et théories, entre quantitatif et qualitatif, articulation entre méthodes et exigences disciplinaires, apports de la philosophie de la technique, etc.

En même temps, de nombreux mythes ou approximations sont mis en évidence (révolutions disciplinaires ou techniques, déterminisme de l’innovation, égalitarisme…).

Les articles de ce numéro donnent des éléments de réponse aux personnes intéressées par la notion (et le mouvement) des “humanités numériques” (digital humanities). La façon dont ils abordent les questions brûlantes en relation avec les sciences sociales et humaines et leurs instruments, les réponses qu’ils apportent (y compris en matière de sociologie de l’université française), les dialogues interdisciplinaires qu’ils impulsent contribuent à dresser le panorama de champs de recherche et de disciplines en pleine évolution, à repérer résistances et dynamiques, à comprendre ce qui relève effectivement de l’épistémologie dans ces transformations induites par une nouvelle forme de technique scribale.

De ce fait, et comme indiqué dans le titre du numéro, la question de l’épistémologie est centrale dans la majorité des articles: le fait qu’elle soit abordée en contexte (les relations entre les disciplines, leurs instruments au sens large, leurs histoires et leurs devenirs), ancrée dans l’empirie, et différentielle (suivant ces expériences et champs de savoir), enfin le désir de ne pas basculer en des généralisations hâtives, tout cela explique le choix du pluriel: “épistémologies”.

Ce numéro de revue est donc aussi une réponse raisonnée et détaillée, pas à pas, aux nombreuses hypothèses qui courent en ce début de siècle sur le renouveau de l’épistémologie et sur la transformation des disciplines.

El índice es el siguiente:

Éric Guichard et Thierry Poibeau:  Éditorial

Éric Guichard:  L’internet et les épistémologies des sciences humaines et sociales.

Thierry Poibeau:  La linguistique est-elle soluble dans la statistique ?

Stéphane Lamassé et Philippe Rygiel:  Nouvelles frontières de l’historien.

Emmanuel Lazega et Christophe Prieur: Sociologie néostructurale, disciplines sociales et systèmes complexes.

Paul Mathias:  Les internautes ont-ils une âme ?

Laure Léveillé: Le Liberlabo de PSL.

Jean-Baptiste Rouquier et Pierre Borgnat: Cartographie des pratiques du Vélo’v: le regard de physiciens et d’informaticiens.

Elisa Omodei et Jean-Philippe Cointet:  Modélisation multiniveau de la morphogenèse de familles de citations.

Chloé Girard:  Le réseau et ses outils comme lieu de raffinement du livre.

Emilio Sciarrino: Les fictions numériques francophones aujourd’hui.

Anna-Katharina Laboissière:  À propos de (Re)inventing the Internet : Critical Case Studies, par Andrew Feenberg et Norm Friesen (éd.).

About these ads

Acerca de Leoncio López-Ocón
Historiador. Investigador del Instituto de Historia del Centro de Ciencias Humanas y Sociales del CSIC. Madrid.

Deja un comentario

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

Seguir

Recibe cada nueva publicación en tu buzón de correo electrónico.

%d personas les gusta esto: