Coloquio de la red LAGLOBAL en Madrid sobre”Collect and Display: Subjects and Objects of New World Knowledge”

La red LAGLOBAL. Latin America and the Global History of Knowledge, que se promueve desde el ILAS (Institut of Latin American Studies) de la Universidad de Londres por el investigador Mark Thurner, y que cuenta con financiación del The Leverhulme Trust, está diseñada para promover la contribución efectuada desde la región latinoamericana a la historia global del conocimiento. Esta tarea la inició, en cierta medida, en la década de 1980 la Sociedad Latinoamericana de Historia de las Ciencias y de las Técnicas, a través de su órgano de difusión la revista Quipu.

Siguiendo en parte esa estela de preocupaciones se ha constituido LAGLOBAL. En ella participan varias instituciones americanas como el Centro de Estudios Históricos de El Colegio de México, el Departamento de Antropología, Historia y Humanidades de la Facultad Latinoamericana de Ciencias Sociales (FLACSO) de Quito, el programa de Historia das Ciencias e da Saude de la Casa de Oswaldo Cruz (FIOCRUZ) de Rio de Janeiro, la John Carter Brown Library de la Brown University en Providence y el Institute of Historical Research de la Universidad de Texas en Austin. Y otras europeas como el ya mencionado ILAS de la Universidad de Londres, el Centre of Amerindian, Latin American and Caribbean Studies de la Universidad de St. Andrews en Escocia y el grupo de investigación “Mundialización y mundanización de la ciencia” del Departamento de Historia de la Ciencia del Instituto de Historia del CCHS del CSIC.

La red celebró su primera conferencia en Londres el pasado 9 de junio de 2016 auspiciada por el grupo de trabajo History and Anthropology para debatir sobre “Sites of invention. Latin America and the Global History of Historical and Anthropological Knowledge”.

Madrid será ahora la sede, del 5 al 6 de abril de 2017, de la segunda conferencia: “Collect and Display: Subjects and Objects of New World Knowledge”, coorganizada por el mencionado grupo de investigación Mundialización y mundanización de la ciencia del Instituto de Historia del CSIC y que tendrá lugar en el Museo de América y el Museo Nacional de Ciencias Naturales como se puede apreciar en el programa que adjunto.

LAGLOBAL MADRID

Collect and Display: Subjects and Objects of New World Knowledge/

Coleccionar y exhibir: Sujetos y objetos del saber del Nuevo Mundo

Wednesday/Miércoles 5/4/2017

Morning Sessions/Mañana, Museo de América

INTRODUCTION/INTRODUCCIÓN

9,00 Welcome/Bienvenida

Dirección Museo de América y Mark Thurner (PI-LAGLOBAL, ILAS-SAS, University of London)

9,15 Keynote/Conferencia magistral

The Bureacracy of Knowledge/La burocracia del saber, Irina Podgorny (Museo de La Plata-CONICET).

9,55 Discussion/Debate

THE LIVES OF OBJECTS/LAS VIDAS DE LOS OBJETOS

Moderator/Moderador: Juan Pimentel (IH-CCHS-CSIC)

10,10 San Martin’s Inca: Translating Peruvian Mummies in the Age of Revolution/El Inca de San Martín: De las momias peruanas en la Época de la Revolución.- Christopher Heaney (Pennsylvania State University)

10,30 A Tale of two Anteaters: Madrid 1776 and London 1853/Un cuento de dos osos hormigueros: Madrid 1776 y Londres 1853.- Helen Cowie (University of York)

10,50 Atlas’ Complex: Science and Art in a Portable Museum of the Americas/Complejo de Atlas: Ciencia y arte en el museo portátil de las Américas.- Elisa Garrido (Universidad de Valencia)

11,10 Discussion/Debate

11,40 Break/Pausa

12,00 Collecting Masks in the Eighteenth-Century Amazon/Coleccionando máscaras en la Amazonía del siglo XVIII, Neil Safier (Director, JCB, Brown University)

12,20 Inalienable Objects or Cultural Patrimony of Humanity?/¿Objetos inalienables o patrimonio cultural de la humanidad?, Manuela Fisher (Ethnologisches Museum, Berlin)

12,40 Discussion/Debate

13-14,30 Lunch/Almuerzo en Museo de América

Afternoon Sessions/Tarde, Museo Nacional de Ciencias Naturales

 EXHIBITS & NON-EXHIBITS/EXPOSICIONES Y NO-EXPOSICIONES

Dirección del MNCN

16,00 Una colección, un criollo erudito y un rey. Un gabinete para una monarquía ilustrada y el Quadro de Historia natural, civil y geográfico del Reino del Perú (1799)

THE SECRET LIVES OF OBJECTS/LAS VIDAS SECRETAS DE LOS OBJETOS

Moderator/Moderador Leoncio López-Ocón (IH-CCHS-CSIC)

17,30 Invisible Presences and Appreciable Absences: Notes on Some Spectres of American Natural History/Presencias invisibles y apreciables ausencias. Notas sobre algunos fantasmas de la historia natural americana, José Ramón Marcaida (University of Cambridge) y Juan Pimentel (CSIC)

17,50 The ‘Lost’ Cabinet on Exhibit: A Metaphor for LAGLOBAL?/El gabinete ‘perdido’ puesto en escena: ¿una metáfora para LAGLOBAL?, Mark Thurner (University of London)

18,10 Debate

Thursday/Jueves 6/4/2017

Museo de América

FROM COLLECTIONS TO DISCIPLINES/ DE LAS COLECCIONES A LAS DISCIPLINAS

Moderator/Moderador Neil Safier (JCB)

9,00 Cartographers of Brazil and their Impact in Establishing ‘Modern’ Images of the World/Los cartógrafos de Brasil y su papel en la fabricación de las imágenes ‘modernas’ del mundo, Sebastian Dorsch (Universität Erfurt)

9,20 Inquiring into the Historia Naturalis Brasiliae: Intersections between the History of Science and Material Culture Studies/De la Historia Naturalis Brasiliae: Entre la historia de la ciencia y los estudios sobre la cultura material, Mariana C. Françozo (Leiden University)

9,40 Americana in the Pharmacy: New World Knowledge and Materials in the Salvador Collection, Barcelona, 1626-1760/Americana en la rebotica. Noticias y materiales del Nuevo Mundo en la colección Salvador. Barcelona 1626-1760, José Pardo Tomás (IMF-CSIC, Barcelona)

10,00 The Bancroft Library and the Origins of Hispanic American Studies in the United States/La biblioteca de Hubert Bancroft y los orígenes de los estudios hispano-americanos en Estados Unidos, Ricardo D. Salvatore (Universidad Torcuato di Tella, Buenos Aires)

10,20 Discussion/Debate

11 Break/Pausa

11,30 Paper Replicas: Toward a Science of Mexican Antiquities/Réplicas de papel: Hacia una ciencia de las antigüedades mexicanas, Miruna Achim (UAM, Ciudad de México)

11,50 From the New to the Old World: The Role of Overseas Artefacts in Explaining European Prehistory/Del Nuevo al Viejo mundo: El papel de las colecciones de ultramar para explicar la prehistoria europea, José María Lanzarote (Aix-Marseille Université)

12,10 Discussion/Debate

12,30 Tour of the Museum of America Collections/Visita a las colecciones del Museo de América

14 Lunch/Almuerzo

THE USE AND ABUSE OF PATRIMONY/LOS USOS Y ABUSOS DEL PATRIMONIO

Moderator/Moderador Mark Thurner (University of London)

15,15 Meanings of Palenque in the Audiencia de Guatemala and Beyond/Los significados de Palenque en la Audiencia de Guatemala y más allá, Sophie Brockmann (University of London)

15,35 From Place of Production of Scientific Knowledge to Exporter of Natural Resources: Colombian National Heritage in Global Context/De lugar de producción de saber científico a exportador de recursos naturales: Patrimonio nacional y contexto global en Colombia, Ana Gómez (Centre de Recherches sur les Arts et les Langages, EHESS-CNRS)

15,55 Mobilizing Objects to Create Knowledge: The Case of the Americanist Exhibition in Madrid, 1881/Movilizando objetos para crear conocimiento: el caso de la exposición americanista de Madrid de 1881, Leoncio López-Ocón (IH-CCHS-CSIC)

16,15 Discussion/Debate

16,45 Break/Pausa

17,00 ‘Popular Art’ and the Impossibility of Contemporary Subjects/‘Arte popular’ y la imposibilidad del sujeto contemporáneo, Giuliana Borea (PUCP-ILAS)

17,20 Museums and Native Collecting in Mexico and New Zealand/Museo y coleccionismo indígena en México y Nueva Zelanda, Manuel Burón (IH-CCHS-CSIC)

17,40 Un-ruffling Feathers: Ways of Coping in Ethnographic Museum Practice/Plumas desondulantes: Mediando las prácticas del museo etnográfico, Laura van Broekhoven (Director, Pitt Rivers Museum, University of Oxford).

18,00 Discussion/Debate

Para más información sobre el evento y registrarse para su asistencia conviene contactar con

jose.guevara@postgrad.sas.ac.uk o através de http://laglobal.blogs.sas.ac.uk/

También hay más noticias sobre el evento aquí

 

Anuncios

Presentación del libro de Antonio Buj sobre las plagas de langosta y la ciencia de la acridología

 

tarjeton-acridologia-definitivo

Plagas de langosta. De la plaga bíblica a la ciencia de la acridología de Antonio Buj Buj, con introducción de Horacio Capel de la Universidad de Barcelona, es un libro relevante y meritorio por muchos aspectos. En esta breve presentación destacaré tres de ellos.

En primer lugar hay que agradecer al autor su capacidad sintética para abordar desde múltiples perspectivas uno de los riesgos biológicos que ha causado, y sigue causando, cuantiosos daños a agricultores de muchos lugares del planeta. En algo más de ciento cincuenta páginas soprende la extraordinaria y compleja cantidad de información reunida por el autor y expuesta de manera ordenada, concisa, limpia para presentar una visión global e integrada de uno de los graves problemas que han debido de afrontar campesinos de todos los continentes desde los tiempos bíblicos hasta el momento presente.

 

faureimg026-1

En esta lámina de la obra de 1932 de Jacobus F. Faure se representan las diferentes fases de desarrollo de la Locusta migratoria migratorioides, una de las langostas más dañinas.

En segundo lugar el libro se inscribe de manera solvente en la nueva área de conocimiento que asocia riesgos medioambientales y asimetría social. Un hilo conductor de la obra es que aunque la plaga agrícola, generada al juntarse enjambres de miles de millones de langostas, es una amenaza global sus daños se ciñen actualmente a determinadas zonas del planeta, donde por causas políticas y socio-económicas asociadas a procesos de “desestatalización” no se pueden llevar a cabo las indispensables labores de información, prevención y control. Así se explica que, a pesar de que la ciencia de la acridología, impulsada por el entómologo ruso-británico Boris P. Uvarov ,  haya consolidado las bases del estudio y control de las langostas a lo largo de la primera mitad del siglo XIX, no obstante aún sigan siendo un flagelo que azota a numerosas partes del mundo, particularmente en Africa, asolada recientemente -en 2004- por terribles plagas. De ahí que el autor sostenga con atinado criterio que aunque las plagas de langosta son causadas por muchos factores, uno de los más importantes es la pobreza, a la que hay que combatir de manera decidida. Y así sostiene en las conclusiones de su obra que para erradicar definitivamente esta plaga: “se necesita ciencia, tecnología, dinero, pero sobre todo se necesita generar estabilidad institucional, crecimiento económico y reparto equitativo de la riqueza creada”. (p. 155)

carasycaretaslangosta-1

Antonio Buj reproduce en un cuadernillo de ilustraciones de su libro la portada de este número de la revista argentina Caras y Caretas, donde se ironiza sobre el presupuesto asignado a lucha contra las plagas de langosta que asolaban a ese país sudamericano a finales del siglo XIX

En tercer lugar se explica en esta obra convincentemente cómo el control de las plagas de langosta ha sido uno de los casos de éxito en el haber de los científicos y administradores de la España contemporánea, resumiendo lo que ya había expuesto pormenorizadamente Antonio Buj en su libro de 1996 El Estado y el control de plagas agrícolas (Madrid, Ministerio de Agricultura, Pesca y Alimentación). Tanto en esa importante monografía, resultado de su tesis doctoral, como ahora, más sintéticamente, se exponen no sólo las contribuciones efectuadas por diversos ingenieros agrónomos y naturalistas españoles, particularmente entomólogos, al conocimiento de los mecanismos biológicos que desencadenan las plagas de langosta, sino también los esfuerzos efectuados por diversas administraciones a lo largo de la época contemporánea para adoptar soluciones técnicas apropiadas para su control. Esa posición de vanguardia de científicos españoles y administradores en la lucha contra las plagas de langosta explica en parte que Madrid fuese elegida sede del VI Congreso de Entomología en el año 1935, del que ofrece interesantes detalles Antonio Buj en la pág. 148 de Plagas de langosta.La celebración de ese congreso confirma lo que vengo sosteniendo en mis últimas entradas de mi otro blog- Jaeinnova-: que Madrid ocupó en los años republicanos un papel significativo en el mapa de la ciencia mundial, siendo sede de numerosos congresos internacionales, como el IX Congreso internacional de Cirugía celebrado en marzo de 1932.

ignacio-boivar

El entomólogo Ignacio Bolívar, director del Museo Nacional de Ciencias Naturales durante el primer tercio del siglo XX y presidente del VI Congreso Internacional de Entomología celebrado en Madrid en septiembre de 1935.

Estas cuestiones que he presentado a vuela pluma, y otros muchos aspectos relacionados con la biologia, la geografía y la historia de una de las calamidades que han tenido que afrontar campesinos de todo el mundo sean australianos, chinos, rusos, norteamericanos, argentinos, mexicanos, españoles, del Africa mediterránea o del Africa subsahariana, serán abordados en la presentación colectiva del libro que se efectuará el próximo martes 27 de septiembre en el salón de actos del Museo Nacional de Ciencias Naturales. En el acto intervendrán Juan Pan-Montojo, historiador de la economía, buen conocedor de los problemas de la agricultura española y de la labor de los ingenieros agrónomos; el historiador de la ciencia Santos Casado, con estudios fundamentales sobre el ecologismo en España, y sobre las investigaciones de los naturalistas que se interesaron por el estudio de las langostas como Ignacio Bolívar, presidente del comité organizador del mencionado sexto congreso internacionalde entomólogos celebrado en Madrid entre el 6 y el 12 de diciembre de 1935; y Juan Manuel García Bartolomé, que tiene un amplio conocimiento sobre los problemas del agro español y ha organizado e impulsado la magnífica mediateca del Ministerio de Agricultura, Alimentación y Medio Ambiente del gobierno de España.

Señalaré finalmente que los contenidos del indice de esta interesante y densa obra, en cuya relación de fuentes no faltan una webgrafía bien seleccionada y una relación de documentales, son los siguientes:

Prólogo, de Horacio Capel.- Introducción.- Cap. I: ¿Qué es una plaga de langosta?.- Cap. II. Geografia de la langosta. Riesgo universal, calamidad regional.- Cap. III. La plaga de langosta en la historia. Las crónicas de viajeros, colonos y naturalistas.- Cap. IV. Ciencia y plagas de langosta en la primera mitad del siglo XX. El nuevo paradigma de la acridología.- Cap. V. El control de la langosta en España. Actividad científica y acción de gobierno.- A modo de conclusión. Las plagas de langosta hoy. -Fuentes.

 

 

 

Noticia sobre la exposición “La biblioteca del Inca Garcilaso de la Vega (1616-2016)” y su catálogo

Entre el 29 de enero y el 2 de mayo de 2016 la Biblioteca Nacional de España ha organizado una magnífica exposición sobre los libros y los mundos del Inca Garcilaso de la Vega, con motivo del cuarto centenario de su fallecimiento en su casa de Córdoba el 23 de abril de 1616.

Inca Garcilaso sala exposicion

Como es sabido este escritor elaboró una obra en prosa que se admira hoy y se considera entre lo más señalado y destacable de la importantísima producción literaria del humanismo hispánico. Traductor de León Hebreo elaboró una relevante historia de lo que fue conocido como el Perú, antes y después de la llegada de los españoles.

Inca Garcilaso Leon Hebrero

 

El primer escritor mestizo del Perú, autor de los Comentarios reales de los Incas (1609), nació en 1539 en el Cuzco, la capital del imperio de los incas o Tawantinsuyu (Cusco en lengua quechua o quichua significa “ombligo” o “centro” o “punto de encuentro”). Era hijo natural del capitán extremeño Garcilaso de la Vega Vargas y de la princesa inca Chimpu Ocllo, cristianizada con el nombre de Isabel, perteneciente a la familia real de Túpac Inca Yupanqui y Huáscar.

Educado en las dos culturas, la andina y la hispana, el Inca Garcilaso se enorgulleció de ser mestizo. Así lo expresa   en este pasaje de los Comentarios reales (IX,31):

A los hijos de español y de india, o de indio y española, nos llaman mestizos, por decir que somos mezclados de ambas naciones. Fue impuesto por los primeros españoles que tuvieron hijos en indias. Y por ser nombre impuesto por nuestros padres y por su significación me lo llamo yo a boca llena y me honro con él.

Tras vivir veinte años en el Cuzco, entre el mundo de los conquistadores españoles y los incas derrotados, se desplazó en 1559 a España. Se instaló primero en la ciudad de Montilla, en la campiña cordobesa, y luego se trasladó a Córdoba, donde falleció en 1616.

Pocos días después de su muerte, sus albaceas testamentarios realizaron un inventario de los libros pertenecientes a su biblioteca, hasta un total de 188 entradas, que el trabajo bibliográfico de diversos especialistas ha permitido identificar casi en su totalidad.

IncaGarcilaso inventario bienes

 

Apoyándose en ese inventario de bienes de 1616 la exposición que ha organizado la Biblioteca Nacional intenta reconstruir la biblioteca personal del que es considerado el primer intelectual mestizo. Los libros están acompañados de mapas, y objetos que pudieron formar parte de la vida cotidiana del inca Garcilaso tanto en tierras peruanas como andaluzas.

portada catalogo biblioteca incaQuien no pueda ver la exposición tiene la posibilidad de hacerse una idea de ella a través de un cuidado catálogo, integrado por los siguientes textos:

El primer peruano por Mario Vargas Llosa

La biblioteca del Inca Garcilaso de la Vega por Esperanza López Parada, Marta Ortiz Canseco y Paul Firbas, que han sido los tres comisarios de la exposición

El humanismo y la memoria de los Incas por Carmen Bernand

La difusión del Inca Garcilaso de la Vega en los Andes por Pedro M. Guibovich Pérez

Problemas con la primera edad: apuntes sobre el saber andino en los Comentarios reales por José Antonio Mazzotti

El último libro del Inca Garcilaso por José A. Rodríguez Garrido.

Selección de piezas comentadas por Esperanza López Parada, Marta Ortiz Canseco y Paul Firbas.

Inventario de bienes del Inca Garcilaso de la Vega por Rosario Navarro Gala

Biografía

Bibliografía

Relación de obras expuestas.

Entre los libros expuestos destacan, desde mi punto de vista:

  • las primeras obras lingüisticas que se hicieron en Europa sobre el quechua o quichua. Entre ellas he podido contemplar una vez más el Lexicón, o Vocabulario de la lengua general del Perú de Fray Domingo de Santo Tomás, impreso en Valladolid en 1560. Este dominico, sobre el que investigué cuando hice una tesis de maestría en la sede de Quito de FLACSO, fue el líder del partido de los indios que se constituyó en el Perú de mediados del siglo XVI para poner en práctica el programa lascasiano de disminución de tributos a la población indígena y preservar poderes de los señores étnicos andinos.
  • los libros de geógrafos europeos que incluyen representaciones de ciudades americanas. Así sucede con la imagen de Cuzco incluida en el libro Civitates Orbis Terrarum de Georg Braun, publicado en Amberes en 1572.

Inca Garcilaso Cuzco

  • los autores que antecedieron al Inca Garcilaso en dar a conocer la geografía e historia del Perú. Entre ellos destacó el soldado historiador Pedro Cieza de León, cuya  Parte primera de la Crónica del Perú: que trata la demarcación de sus provincias, la descripción de ellas, las fundaciones de las nuevas ciudades, los ritos y costumbres de los indios, y otras cosas extrañas dignas de ser sabidas, fue publicada por  primera vez en 1553. Garcilaso no le reconoció sus méritos arguyendo en Comentarios reales II, 2: [Pedro de Cieza] por ser español no sabía la lengua tan bien como yo, que soy indio Inca”. Habrá que esperar al siglo XIX cuando se publique la segunda parte de la obra de Cieza sobre el señorío de los Incas por parte del americanista español Marcos Jiménez de la Espada, -sobre quien hice mi tesis doctoral-, para que Cieza entre en el canon de la historiografía andina. Además hay que tener en cuenta que Cieza hizo su gran proyecto historiográfico con ayuda de Domingo de Santo Tomás y otros dominicos que sí conocían el quichua.
  • los tratados de  naturalistas españoles que se interesaron por los productos vegetales y las especies de animales que se intercambiaron entre Europa y las Américas como la obra que publicó en 1574 en Sevilla el médico Nicolás Monardes con el título Primera y segunda y tercera partes de la historia medicinal de las cosas que se traen de nuestras Indias Occidentales que sirven en Medicina. Así en un lugar de esa obra dirá su autor refiriéndose a “De las cosas que los españoles trajeron de Indias”: Traen de aquellas partes, así mismo, papagayos, monos, grifos, leones, gerifaltes, nablíes, azores, tigres, lana, algodón, grana para teñir, cueros, azúcares, cobre, brasil, ébano, azul: y todo esto es en tanta cantidad que vienen cada año casi cien naos cargadas de ello, que es cosa grande y riqueza increíble.

El Inca Garcilaso será un lector de ese tratado, pues en los Comentarios reales (VIII,15) afirmará: “Del arbolillo que los españoles llaman tabaco y los indios sair dijimos en otra parte, el doctor Monardes escribe maravillas de él”.

inca garcilaso Monardes

 

Tal y como se muestra en el catálogo de la exposición el inca Garcilaso ha sido leído y releído por unas y otras generaciones. En estos días, en los que estoy preparando una conferencia que he dar a  principios de junio en Londres,  estoy consultando el Ensayo político sobre el reino de la Nueva España de Alejandro de Humboldt. Este viajero naturalista prusiano, una de las figuras de la ciencia romántica e impulsor de los estudios sobre las interacciones científicas entre americanos y europeos, fue también lector entusiasta del inca Garcilaso. En la obra mencionada están presentes los Comentarios reales hasta en ocho ocasiones. En una de ellas dice, por ejemplo:

No se puede leer sin emoción lo que dice el inca Garcilaso sobre la manera de vivir de aquellos primeros colonos. Cuenta con una simplicidad que conmueve, como su padre, el valiente Andrés de la Vega, reunió a todos sus antiguos camaradas para partir con ellos tres espárragos, los primeros que se criaron en la meseta de Cusco.

Y más adelante recurre a él para mostrar sus conocimientos de la lengua quichua y advertir acerca del uso de las lenguas “como monumentos históricos”:

Algunos sabios etimologistas probaban que los peruanos debían haber tenido gallinas antes del descubrimiento del Nuevo Mundo, porque la lengua del inca, designa al gallo con la palabra gualpa. Ignoraban que gualpahuallpa es una contracción de Atahualpa; y que los naturales de Cusco habían puesto por mofa a los gallos que llevaron los españoles el nombre de un príncipe detestado a causa de las crueldades que ejercía contra la familia de Huáscar; imaginándose, lo que parece muy extraño a los oídos de un europeo, encontrar una semejanza entre el canto del gallo y el nombre de Atahualpa. Esta anécdota, consignada en la obra de Garcilaso  (t.I, p. 331), me la contaron en 1802 en Cajamarca, en donde vi, en la familia de los Astorpilco, a los descendientes del último inca del Perú. Estos pobres indios habitan las ruinas del palacio de Atahualpa. Garcilaso refiere que los indios imitaban el canto del gallo pronunciando con cadencia palabras de cuatro sílabas.

Es pues esta exposición que hemos tenido la fortuna de disfrutar en Madrid una buena ocasión para volver a la obra de uno de los grandes escritores de nuestra lengua, y recordar como hace Mario Vargas Llosa en su contribución al catálogo de la exposición que “entre sus méritos, figura el de haber sido uno de los primeros intelectuales en el mundo en haber defendido el mestizaje como una fraternidad en la que culturas de distinto signo se confunden en una nueva que aprovecha lo mejor de cada una de ellas para hacer avanzar a la humanidad hacia horizontes mejores”.

inca Garcilaso portada Comentarios realesInca Garcilaso portada historia general del Peú

 

Historia (de la ciencia y del arte) digital: mis favoritos de febrero 2016

En mis paseos como internauta durante febrero de 2016 me he encontrado con iniciativas y proyectos de investigadores y bibliotecarios europeos y americanos que contribuyen a que la historia digital siga alcanzando resultados interesantes. Destaco a continuación media docena de tales avances relacionados con diversos momentos de la edad moderna y contemporánea.

En primer lugar llamo la atención sobre la magnífica edición digital del Códice Mendoza efectuada por el Instituto Nacional de Antropología e Historia (INAH) de México para hacer accesible a cualquier internauta uno de los documentos más importantes para el conocimiento de la historia y la vida cotidiana de los mexicas. El códice fue ordenado hacer hacia 1542 por el virrey Antonio de Mendoza para obtener un panorama político, social y económico de la tierra recién conquistada de lo que sería virreinato de la Nueva España. Se considera que es el más completo de los códices mesoamericanos conocidos. Desde 1659 esta joya documental se encuentra en la Biblioteca Bodleiana de Oxford. Gracias a esta cuidada edición podemos ahora acceder fácilmente a una fuente histórica fundamental para el conocimiento del México precolombino.

Codice Mendoza

 

En segundo lugar doy cuenta de Versailles 3D, un interesante proyecto multimedia para descubrir la historia de ese célebre palacio francés. Es un buen ejemplo de las posibilidades que ofrecen las nuevas tecnologías de la información y la comunicación para hacer accesible al gran público la historia y el patrimonio cultural de un lugar tan significativo en la historia de Francia y de Europa como Versailles. El proyecto se divide en dos partes. La primera, más pedagógica, permite recorrer la construcción del palacio con maquetas tridimensionales y pasear por los jardines, o la galería de los Espejos. La segunda está dedicada a proyectos multimedia como el film interactivo “Chaos to Perfection”, o a un juego destinado a que los niños ayuden a los arquitectos a construir el palacio.

Versailles

 

En tercer lugar es una satisfacción señalar que la magnífica iniciativa  de poner en línea la correspondencia de Darwin sigue avanzando. Ya puede el internauta consultar más de 8.500 cartas escritas o recibidas por el gran naturalista británico. El Darwin Correspondence Project, impulsado por la Universidad de Cambridge, ha creado además la sección Darwin for schools, destinado a que los niños de 7 a 11 años se familiaricen con la vida y obra del creador de la teoría evolucionista.

Darwin Correspondence Project

En cuarto lugar llamo la atención sobre el post en el que Rebecca Onion (ver aquí) explica el contexto y las características del mapa a color que hiciera a finales del siglo XIX el explorador y geólogo John Wesley Powell de las áreas lingüisticas de las poblaciones nativas norteamericanas. También nos invita a visitar la cartoteca digital de la Biblioteca del Congreso, donde se encuentra el mencionado mapa publicado en 1890 en el séptimo volumen del Informe anual del Bureau of Ethnology del gobierno estadounidense.

SmMapOfLinguisticStocks.jpg.CROP.original-original

 

La quinta iniciativa es la nueva unidad creada por el MIT Visualizing Cultures: Protest Art in 1950s Japan. Si en un post anterior destaqué la unidad efectuada en el marco de ese proyecto impulsado por el MIT sobre el Portugal salazarista del Estado Novo ahora merece subrayar el interés de su aproximación al arte japonés de la década de 1950 a través del análisis llevado a cabo por Linda Hoaglund de la obra de cuatro artistas vanguardistas. Estos artistas que expresaron el malestar de la cultura en ese país asiático durante su posguerra traumática son: Hiroshi Nakamura, Tatsuo Ikeda, Kikuyi Yamashita y Shigeo Ishii. 

Japan Protest Art

 

Finalmente me resulta muy grato como historiador de la ciencia dar cuenta de la extraordinaria iniciativa llevada a cabo por los editores de Isis, una de las más prestigiosas publicaciones en el ámbito de la historia de las ciencias. Se trata de la puesta en marcha de IsisCB Explore, un potente buscador que permite acceder a todos los registros bibliográficos mencionados en Isis Bibliography of he History of Science a lo largo de cuatro décadas, de 1974 a 2014.

Isis CB

Proyectos de humanidades digitales de 2015 seleccionados para ser premiados por los internautas

Los DH Awards son un conjunto de premios anuales abiertos que permiten difundir las actividades y proyectos en Humanidades Digitales (HD). Pretenden incrementar el interés y la atención en los recursos usados por los humanistas digitales e incentivar  el acercamiento y compromiso de los usuarios (público en general e investigadores) en el trabajo de la comunidad de las Humanidades Digitales. Los premios son nominados y votados por los usuarios de Internet. Así los premios DH Awards 2015 están abiertos a las votaciones en: http://dhawards.org/dhawards2015/voting/ hasta el próximo 27 de febrero de 2016.

Los candidatos a los DH Awards 2015 han sido seleccionados por un comité internacional formado por:

  • James Cummings (Founder/Director) — University of Oxford
  • Sheila Brennan — Roy Rosenzweig Center for History and New Media, George Mason University
  • Marjorie Burghart — EHESS: École des Haute Études en Sciences Sociales (Lyon)
  • Kiyonori Nagasaki — International Institute for Digital Humanities 一般財団法人 人文情報学研究所 (Tokyo)
  • Miriam Peña Pimentel — UNAM: Universidad Nacional Autónoma de México

Estos son los recursos seleccionados y que pueden ser votados por cualquier internauta. Entre la cincuentena larga de proyectos susceptibles de ser premiados se encuentran tres efectuados por integrantes de las humanidades digitales hispánicas: el blog de Antonio Rojas Castro, profesor de la Universidad Pompeu Fabra de Barcelona, la publicación digital ArtyHum, Revista Digital de Arte y Humanidades, editada en Vigo, impulsada por José Angel Méndez Martínez, de la UCA, y Beatriz Garrido Ramos, de la UNED,  y la extraordinaria edición digital del Códice Mendoza de 1542 efectuada por un equipo del  Instituto Nacional de Antropología e Historia (INAH) de México.

Evidentemente un paseo por los siguientes proyectos y recursos deparará interesantes y agradables sorpresas para todos aquellos interesados en el desarrollo de las humanidades digitales.

AiRomeBEST USE OF DH FOR FUN

BEST DH TOOL OR SUITE OF TOOLS

3DHOP

 

BEST DH DATA VISUALIZATION

Burckhardt

 

BEST USE DH PUBLIC ENGAGEMENT

ehumanities

 

Historia digital: mis favoritos de enero 2016

Desde la primavera pasada me he propuesto hacer un seguimiento de las nuevas prácticas de trabajo que están surgiendo en el ámbito historiográfico gracias al uso intensivo de las nuevas tecnologías de la información y la comunicación. Como continuación de esa labor, que se puede apreciar en diversas entradas de esta bitácora, destaco ahora una serie de iniciativas, proyectos y actividades de historiadores digitales que me han llamado la atención a lo largo del mes de enero de este año 2016.

Por una parte presento cuatro proyectos, surgidos dos en Francia, uno en España y otro en Estados Unidos.

Uno es el EHNE, puesto en línea el 11 de enero pasado. Se trata de una enciclopedia bilingüe (francés e inglés) que se enriquece periódicamente por las contribuciones de los investigadores del LabEx EHNE que pretenden elaborar una nueva historia de Europa.

Está estructurada en torno a grandes temas que definen las cuestiones relevantes de la historia europea, pero contiene también noticias breves sobre cuestiones precisas. Todas las entradas disponen de breves orientaciones bibliográficas para permitir a los lectores profundizar en los asuntos que les interesen.

La coherencia de la Enciclopedia es responsabilidad de su comité de redacción formado por los miembros de los siete ejes temáticos del LabEx que son los siguientes: 1º) Europa como producto de la civilización material: los flujos europeos; 2º) Europa en una epistemología de lo político; 3º) El humanismo europeo o la construcción de una Europa “para sí”: entre afirmación y crisis identitarias; 4º) Europa, los europeos y el mundo; 5º) La Europa de las guerras y trazas de las guerras; 6º) Una historia  “genrée” (¿generizada?) de Europa; 7º) Tradiciones nacionales, circulaciones e identidades en el arte europeo.

EHNE 2

El segundo es el proyecto ENCCRE (Edition Numérique Collaborative et Critique de l’Encyclopédie) que pondrá en línea a lo largo de 2017 la primera edición crítica de la Enciclopedia o Diccionario razonado de las ciencias, las artes y los oficios (1751-1772), codirigido por Diderot, D’Alembert y Jaucourt.

ENCCRE

El tercero es el proyecto Mnemosine, impulsado por varios grupos de investigación (ILSA, LEEHTI, LOEP), de la Universidad Complutense, y por informáticos y bibliotecarios como José Luis Bueren, responsable de la biblioteca digital y de los sistemas de información de la Biblioteca Nacional. Tuve la oportunidad de conocer la interesante labor que están llevando a cabo los integrantes de Mnemosyne gracias a asistir a un seminario, organizado el pasado 28 de enero por las profesoras Dolores Romero López y Amelia del Rosario Sanz Cabrerizo, en el que mi colega Juana Mª González García presentó una comunicación sobre Indice Literario, la revista dirigida por Pedro Salinas, que fue el principal resultado de la sección Archivos de Literatura Contemporánea creada por el Centro de Estudios Históricos de la JAE en 1932, durante la Segunda República española, como expuse recientemente en un texto en el que presenté las principales etapas de esa institución científica. (ver aquí), mi contribución al catálogo de la exposición La ciencia de la palabra. Cien años de la Revista de Filología Española, de la que fueron comisarios Pilar García Moutón y Mario Pedrazuela.

Mnemosine

Mnemosine está concebida como una Biblioteca Digital de La otra Edad de Plata​. Reúne un repertorio de textos y autores que han permanecido a la sombra de las grandes figuras literarias del primer tercio del siglo XX. La biblioteca pretende ser un laboratorio en el que se puedan cruzar datos​, anotar textos, implementar herramientas digitales, compartir textos anotados y todo lo​ que permita ​valorar nuevas claves de investigación y de lectura cultural.

Por ahora está organizada en torno a las siguientes colecciones:

Mnemosine colecciones

En cuanto al proyecto norteamericano se trata de Visualizing Cultures, dirigido por los profesores del MIT John Dower y Shigeru Miyawaga, quienes ha creado una plataforma para examinar amplios corpus de imágenes antes  inaccesibles, componer textos con imágenes en alta resolución y usar las nuevas tecnologías para iluminar a través de las imágenes analizadas nuevos aspectos de la historia social y cultural. Quien navegue por el sitio se encontrará con cuatro secciones tituladas Essay, Visual Narratives, Image Galleries, Video and Animation. 

Puede considerarse a este proyecto como una derivación del MIT OpenCourseWare, la publicación gratuita de materiales de curso empleados en el MIT en los que se pueden obtener las notas de las conferencias, problemas matemáticos y más recursos, así como ver videos de conferencias y demostraciones.

Así The Visualizing Cultures Curriculum ha creado una serie de cursos o unidades, por ahora hay accesibles 29, sobre historia asiática, particularmente de China y Japón y también de Filipinas, para facilitar a profesores y estudiantes la lectura de imágenes relacionadas con la historia de ese continente.

Visualizing Cultures

Para apreciar otros logros de esta plataforma se puede visitar:

Visualizing Portugal: The New State (1933-1974), sitio web desarrollado para la Fundación Gulbenkian de Lisboa, en el que se hace una exploración visual del Estado Novo, la dictadura portuguesa que puso en pie Antonio de Oliveira Salazar, primer ministro de Portugal entre 1932 y 1968. Despliega entre otros temas el de la educación e ideología en el nuevo estado. Los recursos visuales utilizados incluyen fotografías, álbumes, mapas, propaganda oficial, posters para el turismo, revistas ilustradas, materiales efímeros de exposiciones y libros de texto que promovieron la ideología oficial del Estado Novo.

Visualizing Portugal

Además de resaltar la importancia de estos proyectos tengo interés en presentar la extraordinaria Media History Digital Library fundada y dirigida por David Pierce en la que se puede acceder por ahora a un millón trescientas mil páginas de numerosas revistas digitalizadas relacionadas con la historia del cine, la televisión y la radio. Hay disponibles las colecciones completas de unas 35 publicaciones como Cine-Mundial (1916-1946), la versión en español de Moving Picture World, y The Educational Screen (1922-1962), y colecciones incompletas de más de ciento cincuenta publicaciones como  Education by Visualization (1919), Educational Film Magazine (1919-1922), The Optical Lantern and Cinematograph Journal (1904-1905), Visual Education (1920-1924) International Review of Educational Cinematography (1929-1934).

Media History Digital Library

Entre las publicaciones que se pueden consultar se encuentra International Review of Educational Cinematography (1929-1934), vinculada al IEC, un organismo dependiente de la Liga de Naciones dedicado al estudio de las posibilidades educativas del cine. Se publicaba mensualmente en cinco idiomas, los que la Liga de Naciones consideraba más importantes: el inglés, el francés, el italiano, el alemán y el español. Ojeando la revista se encuentra interesante información sobre el uso del cine como instrumento educativo en la España de finales de la dictadura de Primo de Rivera y en la Segunda República. Guillermo Díaz Plaja, sobre cuyo interés por el cine educativo llamó la atención no hace mucho Juana María González García (ver aquí) en su contribución al libro Aulas modernas que coordiné recientemente, colabora por ejemplo en los volúmenes de 1931 y 1934 de esa publicación internacional, cuyo impacto entre los educadores republicanos españoles explica que el director del Instituto del Cardenal Cisneros de Madrid Vicente García de Diego, decidiese en las vacaciones de navidades de 1931 hacer obras en ese centro de enseñanza para crear una amplia sala de proyecciones y suscribir al Instituto a una cinemateca, como señalé hace unos días en mi post Enero 1932: el empuje educativo y científico-técnico en el Madrid republicano de mi otra bitácora Jaeinnova.

Para facilitar la búsqueda y visualización de las casi dos millones de páginas almacenadas en la Media History Digital Library se ha creado Lantern, una ágil y flexible plataforma de búsqueda y visualización de documentación creada por Eric Hoyt, de la Universidad de Wisconsin-Madison, Carl Hagenmaier y Wendy Hagenmaier, basándose en la herramienta open source Sorl, inspirada en el trabajo de los creadores de la Open Library como explican en este ensayo publicado en E-Media Studies (ver aquí).

Lantern

Imperial Cities as Cultural Nodes: A View from Early Twentieth-Century Tokyo

Global Urban History

Jordan Sand, Georgetown University

Kuo Hsueh-hu Festival on South St Guy Xuehu, “Festival on South Street”, 1930 [1] I recently published a collection of essays exploring the culture of the Japanese empire. It proved impossible to talk about this subject without talking about other empires, which provided the institutional models and many of the material forms for Japan’s imperial modernity. And the case of imperial Japan, which brought Western modernity to other countries in Asia and the Pacific while at the same time seeking to modernize itself based on Western models, suggested the fruitfulness of considering modern imperialism not simply in terms of a metropolitan core and colonial periphery, but as a set of networked sites of asymmetrical encounter. In this framework, imperial cities take on special importance, as places of rapid cultural change and of cultural interchange. Since the fundamental structures of colonial empires were explicitly hierarchical, culture tended to move through these networks…

Ver la entrada original 1.269 palabras más

Fashioning the Colonial Metropolis: Asian Influences and Urban Identities in Colonial Mexico City

Global Urban History

Nino Vallen, Freie Universität Berlin

At the end of the seventeenth century, the Mexican artist Cristóbal de Villalpando painted the main square of Mexico City. His image of the zócalo depicts approximately 1,200 persons strolling around or standing in groups outside the metropolitan cathedral or the partially ruined viceregal palace. At the center of all this activity, Villalpando located the two markets that fill most of this public space. Gondola-like boats and carts can be seen transporting merchandise to the market in the upper part of the image, while carriages and members of the city’s merchant elite flock together in the surroundings of a recently constructed market, the Parián, that appears at the forefront of the composition.

Fig. 1 - Cristobal de Villalpando - View of the Zócalo of Mexico City (1695) Cristóbal de Villalpando’s Pinting of Mexico City’s Main Square, Late 17th Century

Ver la entrada original 1.345 palabras más

Historia digital: diez proyectos significativos del año 2015

Tras un paréntesis, debido a diversas obligaciones académicas en las últimas semanas *, retomo mi labor, que empecé allá por el mes de mayo de este año que finaliza (ver aquí), de dar cuenta de los avances que se van produciendo en la práctica de la historia digital en múltiples frentes.

En primer lugar informo del post de Rebecca Onion (ver aquí su versión original) en el que ha seleccionado cinco proyectos de historia digital que la han asombrado a lo largo de 2015.

Uno es el proyecto Histography, elaborado en Tel Aviv, Israel, por Matan Stauber, quien lo presenta aquí . Se trata de una infografía interactiva de la historia de la humanidad.

Histography

Este diseñador ha creado una línea de tiempo interactiva para ubicar eventos de de las diferentes fases temporales del planeta Tierra y de la humanidad con información procedente de Wikipedia en una divertida línea de tiempo. Se puede seleccionar tipos de eventos (relacionados con las artes, con la ciencia, con la política), limitarlos en un período de tiempo, o escoger dos tipos de eventos y ver su cronología de manera comparada. Se puede pasar el cursor sobre un punto y aparece una foto relacionada con el acontecimiento seleccionado; y si se hace click el evento se expande, ofreciéndose la opción para navegar por la página de Wikipedia que ofrece información sobre ese evento o ver eventos relacionados con él. Según Fidel Navalmuel, otro internauta francés que ha quedado impactado por las prestaciones de este proyecto, este sitio web se constituirá en un referente en el ámbito de la historia digital.

Otro proyecto es el lanzamiento por parte del Laboratorio Digital de la Universidad de Richmond de American Panorama, un atlas histórico online que pretende actualizar y perfeccionar la versión online que ese mismo laboratorio hizo en 2013 del Atlas of the Historical Geography of the United States efectuado en 1932 por Charles O. Paullin y John K. Wright. Por ahora American Panorama ofrece solo cuatro mapas que visualizan y ofrecen abundante información sobre: las migraciones forzosas causadas por el comercio de esclavos domésticos (ver aquí); los caminos usados por los viajeros del siglo XIX que expandieron la frontera interna de los Estados Unidos entre 1840 y 1860 (ver aquí) ; la población de origen extranjero existente en cada uno de los estados de U.S.A entre 1850 y 2010 (ver aquí) y el sistema de canales norteamericanos entre 1820 y 1860 (ver aquí) . Los mapas ofrecen diversas capas de información, incluyendo infografías, cuyos parámetros cambian según los elementos que seleccione el usuario. American Panorama añadirá en el futuro más mapas con un ritmo acelerado según ha declarado Robert K. Nelson, director de ese laboratorio, a Citylab. 

Panorama USA

 

El tercer proyecto es un magnífico ejemplo de public history. Se trata de la reacción que tuvieron dos historiadores afro-americanos, Chad Williams y Keisha N.Blain para organizar el Charleston Syllabus en el sitio web de la AAIHS (African American Intellectual History Society) tras la matanza racista que se produjo el pasado mes de junio de 2015 en la Iglesia Africana Metodista Episcopal, conocida como Madre Emanuel, uno de los símbolos de la comunidad afroamericana de Estados Unidos. Creado el hashtag #CharlestonSyllabus la ciudadanía empezó a usarlo para compartir reflexiones y sugerencias de lecturas que ayudasen a entender el contexto de la tragedia. Posteriormente la información se ha compilado ofreciendo una lista de títulos de libros y artículos con hipervínculos. Las sugerencias de lecturas, destinadas a responder al odio y al miedo con conocimiento y reflexión, están agrupadas por temas como esclavitud, Charleston, raza, religión y por tipo de fuentes (primarias, artículos de prensa, filmes, obras de ficción).

El cuarto proyecto es la exposición online Reno Divorce History que ofrece variada y abundante información para explicar el impacto que tuvo en la historia social de Estados Unidos durante las primeras décadas del siglo XX el hecho de que la ciudad de Reno en Nevada fuese la capital del divorcio gracias a su legislación.

Charleston SyllabusReno Divorce

El quinto y último proyecto seleccionado por Rebecca Onion  es Twoway.st, un explorador de las colecciones del British Museum que permite navegar por dos millones de objetos de esa institución londinense a través de informaciones tan diversas como la fecha de adquisición de los objetos, sus tipos, el material del que están hechos, sus técnicas, su procedencia, etc.

 

British Museum Spain

A los anteriores cinco proyectos, seleccionados por Rebecca Onion, añado otros cinco que he podido conocer en mis exploraciones de internauta, relacionados con varias iniciativas llevadas a cabo en Europa.

Dos están relacionados con la sed de viajar de los seres humanos y con la historia de las exploraciones a tierras próximas o lejanas. Un proyecto está en fase beta. Es el Livingstone’s Zambezi Expedition. En él nos podemos aproximar a la expedición del explorador escocés David Livingstone (1813-1873) al río Zambeze en el corazón del continente africano entre 1858 y 1864, período coincidente con una exploración española al continente americano -la Comisión Científica del Pacífico (1862-1866), cuyos materiales también puso en red entre 1998 y 2003 un equipo multidisciplinar coordinado por mí (ver aquí). Livingstone efectuó esa exploración africana en compañía del botánico John Kirk (1832-1922). Ahora los colegas del JSTOR Labs han creado un sitio en el que se puede acceder a más de 550 especímenes de plantas recolectadas durante la expedición, material procedente del gran repositorio JSTOR Global Plants, extraordinaria base de datos y excelente fuente de información para los historiadores de la botánica. También están disponibles en acceso abierto más de 150 cartas, informes, mapas vinculados a la mencionada expedición procedentes de varios archivos y bibliotecas.

Livingstone expedition

 

Por su parte Viaticalpes (Les images des Alpes dans les récits des voyages: 1540-1860) es un proyecto impulsado, entre 2007 y 2013, por la Universidad de Lausana con subvenciones del FNS (Fonds National Suisse). Está construido sobre la  base de datos Viatimages que recoge un potente corpus de mil imágenes de los Alpes extraidas de libros de viaje ilustrados. De un conjunto de 850 libros que contenían 11 mil imágenes se han seleccionado los cien libros más representativos y se ha introducido en la base de datos más de 3 mil imágenes que se han descrito, indexado, geolocalizado y asociado a los textos que las describen. El proyecto permite establecer vínculos complejos entre las imágenes y entre las imágenes y los textos. Además al conectar las imágenes con su contexto, es decir los libros donde están ubicadas, las descripciones que las acompañan y las circunstancias de su producción y difusión, se permite enriquecer el conocimiento histórico y geográfico de los Alpes, una cordillera que ha llamado la atención de los naturalistas en distintas épocas, y que ha cumplido un importante papel en la historia política y cultural de Suiza y del continente europeo.

Alpes Viatimages

 

Esta plataforma Viaticalpes/Viatimages, vinculada al Centre des sciences historiques de la culture de la Universidad de Lausana, ha publicado también recientemente un nuevo producto multimedia interactivo: WonderAlp. Une science émerveillé. Les Alpes et la culture de la curiosité. Es una aplicación para tabletas iPad y Android de acceso libre en Google Pay y Apple Store. Se trata de un gabinete de curiosidades interactivo que reinventa, con las técnicas actuales, las colecciones de curiosidades o “gabinetes de maravillas”, célebres en los siglos XVII y XVIII, que fueron los predecesores de los museos de ciencias naturales de hoy en día. Las imágenes que aparecen en la pantalla proceden principalmente de la obra de Johann Jakob Scheuchzer de 1723, los Itinera per Helvetiae alpinas regiones (1723) así como del libro de Johann Gerhard Andreae, aparecido en 1776, les Briefe aus der Schweiz…, con valiosas ilustraciones. La aplicación dispone de tres espacios: “Los dragones de los Alpes”, “Fósiles y cristales”, “De las plantas a los paisajes”. En cada uno de ellos se accede a 12 pantallas y en cada pantalla a uno o varios objetos. Se puede hacer zoom sobre las imágenes, escuchar los audio que recogen los testimonios de autores antiguos, leer las etiquetas que describen los objetos o acceder a información suplementaria en la sección “En savoir plus” si se desea conocer mejor los contextos históricos y culturales. Las explicaciones están accesibles a diferentes niveles: desde el nivel más sencillo para el gran público a un nivel más elevado destinado a los especialistas. Se invita al visitante a ser activo: puede pasar de un tema a otro según sus intereses y curiosidad, manipular los objetos, compararlos, agrandarlos, observar las cualidades artísticas de los dibujantes y grabadores.

WonderAlp 1

WonderAlp 2

En mayo de este año de 2015 ha finalizado el proyecto Burckardt Source en el marco del European Research Advanced Grant Project EURROCORR, financiado por la Unión Europea, y coordinado por el profesor Maurizio Ghelardi, de la Scuola Normale Superiore de Pisa. Su objetivo ha sido crear un archivo-biblioteca digital semántico, basado en el software open source Muruca que reúne la edición crítica de la correspondencia del historiador cultural suizo Jacob Burckardt (1818-1897), un relevante humanista del siglo XIX gran conocedor de la cultura clásica griega y de la época del renacimiento europeo. El archivo contiene cartas de más 400 corresponsales que mantuvieron contactos regulares u ocasionales con Burckardt entre 1843 y 1897, un período crucial en la historia y la cultura europeas. Los contenidos de la correspondencia muestran, entre otras cuestiones, la importancia concedida por Burckardt y sus corresponsales a la importancia de la fotografía en la historia del arte, disciplina que ese historiador ayudó a consolidar. En septiembre de 2015 se podían consultar 600 cartas, pero el archivo digital sigue aumentando sus contenidos tras validar la edición semántica, la versión filológica y los metadatos de cada documento.  Las cartas están interconectadas entre las cuatro secciones de la plataforma: imágenes, textos, comentarios críticos y metadatos. Se han creado seis “Colecciones” o micrositios para favorecer una navegación temática a través del archivo-biblioteca digital sobre cuestiones relevantes en la correspondencia como: 1. Potnia, dedicado a la condición social de las mujeres en la segunda mitad del siglo XIX. 2. La colección Bode presenta la versión completa de la correspondencia entre Burckardt y el historiador del arte alemán William von Bode (1845-1929). 3. La sección Música recoge las cartas del círculo de amigos que compartieron sus aficiones melómanas con Burckardt. 4. Faraway incluye dieciséis cartas enviadas por notables personajes desde diferentes partes del mundo. 5. Europa que proporciona información relevante sobre los más significativos eventos europeos durante la segunda mitad del siglo 19. 6. Fotografía que ilumina aspectos relacionados con el mercado de la fotografía y con su uso didáctico por parte de los historiadores en la época de Burckardt.

Burckhardt

 

Dado que seguimos conmemorando el centenario de la Gran Guerra, cuyos efectos devastadores asolaron al continente europeo hace un siglo, y sobre la que se está elaborando una extraordinaria enciclopedia internacional on-line (ver aquí),  me parece oportuno finalizar este balance de proyectos relevantes de historia digital efectuados en este año 2015 dando cuenta del proyecto MWME. Making War, Mapping Europe: Militarized Cultural Encounters, 1792-1920. El proyecto está financiado por el consorcio europeo Humanities in the European Research (HERA) y reúne a investigadores del Trinity College de Dublin, de la Freie Universität de Berlin y de las universidades de York y Swansea, liderados por Oliver Janz. Su objetivo es dar a conocer y analizar el impacto cultural que tuvo la interacción entre centenares de miles de soldados europeos, fundamentalmente de los ejércitos británico, francés y alemán, y las sociedades del Este de Europa, de los Balcanes, del Mediterráneo oriental y del Oriente Medio entre 1792 y 1920, es decir desde la Revolución francesa hasta el fin de la Primera Guerra Mundial. Uno de los resultados más significativos del proyecto es la creación de una exposición on line. Está dividida en seis categorías topográficas o espaciales tituladas: French Soldiers in Italy, 1795-1814, British and French Soldiers in Egypt and the Levant, 1798-1920,  German Soldiers in Russia, 1812, Bavarian Soldiers in Greece, 1832-1862, German Soldiers in the Ottoman Empire, German Soldiers in the Balkans, 1914-1918. Y en doce categorías temáticas: Civilizations, Collaboration, Gender, Knowledge, Memory, Occupation, Operations, Resistance, Spoils, Topography, Travel, Violence.

Making War

*Desatendí mis informes sobre la situación de la historia digital porque tuve unas semanas de intenso trabajo en el último trimestre. El miércoles 9 de diciembre dí una conferencia sobre La educación en la Segunda República en la Facultad de Geografía e Historia de la Universidad Complutense en un ciclo sobre La política cultural de la Segunda República organizando por la Fundación Pablo Iglesias. El jueves 10 di otra conferencia sobre Santiago Ramón y Cajal en la Fundación de Ciencia y Tecnologia de Portugal en un ciclo sobre Actores de la política científica, del que he informado en esta bitácora. Y escribí un texto sobre Las influencias institucionistas en el sistema científico español: entre el pasado y el futuro que aparecerá próximamente en la revista Abaco.

Eurasia: ¿porvenir de Europa?. Debates en el 6º festival de geopolítica de Grenoble

Jean Michel Crosnier, en la lista de discusión de los Clionautas, el 10 de mayo de 2014, recopila de esta nanera los debates suscitados en el 6º festival de geopolítica de Grenoble acerca del tema, de actualidad por la crisis de Ucrania, de las relaciones entre Rusia y la Unión Europea.

Este 6º festival de geopolítica ha tenido en efecto como tema de reflexión: Eurasia: ¿porvenir de Europa?

Y esta es la información que nos ofrece Jean Michel Crosnier:

http://www.grenoble-em.com/evt.aspx?evt=5615

Traiter des liens réels et possibles entre l’Europe et l’espace russe, c’est questionner l’émergence russe, ses opportunités de marché, de collaboration, sa puissance concurrentielle pour l’Europe. Energie, informatique, chimie, minéraux, agriculture, infrastructures, luxe, les potentiels sont nombreux, mais l’espace eurasiatique est-il vraiment ouvert ? Corruption, fragilités bancaires, déséquilibres financiers, nationalisme économique et politique, obsolescence, inégalités de revenus sont des obstacles à prendre en compte pour une stratégie de développement vers l’Est. Comment évaluer, (…)

-> http://www.clionautes.org/spip.php?article3131

Conférence 1 : “Quels horizons pour l’Eurasie ?”

Clarisse Didelon-Loiseau, MCF en géographie, université du Havre Yann Richard, Professeur de géographie, université Paris 1 Pour comprendre la portée d’un projet “eurasiatique”, il faut d’abord confronter la notion d’Eurasie entre discours et représentations. YR : L’Eurasie émerge de la Russie avec de constants allers-retours au cours de l’histoire, et revient sur le devant de la scène avec les années 90 et la chute de l’Urss. Alexandre Doughine est le spécialiste actuel de L’Eurasisme en Russie, il est l’un des idéologues pan-slavistes qui a l’oreille du Kremlin. Poutine a un grand projet régional qui est très clair : (…)

-> http://www.clionautes.org/spip.php?article3157

Conférence 2 : “L’Ukraine entre l’Europe et la Russie”

L’objectif de cette conférence est d’analyser l’évolution du positionnement international de l’Ukraine depuis son indépendance en 1991 jusqu’à nos jours. L’étude des grandes étapes qui ont marqué la politique étrangère de Kiev, notamment ses relations avec la Russie et l’Union européenne, permettra de décrypter les enjeux de la crise actuelle qui affecte le pays.

Intervenante : Emmanuelle Armandon – Politologue, directrice des études de la formation Hautes études
internationales -INALCO

Emmanuelle Armandon est l’auteure (…)

-> http://www.clionautes.org/spip.php?article3158

Débat 3 : “La Russie et sa sécurité : la renaissance d’une grande puissance ?”

Eric Brunat, université de Savoie, laboratoire IREGE et Jacques Fontanel, université Pierre Mendès-France de Grenoble
Présentation des auteurs : La Russie veut redevenir une grande puissance qui pèse dans le concert international. Elle applique la stratégie de la “Realpolitik” en vue de restaurer ses zones d’influence. Elle relance son complexe militaro-industriel et elle s’engage dans une reforme et une modernisation militaire d’importance.

Les éléments fondamentaux : L’Urss n’a pas pu s’articuler avec la mondialisation. La raison principale était (…)

-> http://www.clionautes.org/spip.php?article3159

Conférence 5 : “La Russie, un BRIC en crise économique structurelle ?”

FDGG14 : Conférence 5 : la Russie, un BRIC en crise économique structurelle ?

Intervenant(s) : Yves Zlotowski – Economiste en chef – COFACE 1-
L’analyse de la situation économique en Russie intervient dans un contexte de ralentissement global des Brics : Crise de l’offre, de l’investissement industriel où en Russie il se contracte particulièrement, parallèlement à la crise de la zone Euro, ce qui se traduit par la réduction des excédents courants, et une baisse nouvelle du Rouble, car le pays est attaqué sur les marchés financiers. Cependant la consommation continue à porter l’économie.
Les Russes épargnent très peu, le chômage baisse, les salaires et les (…)

-> http://www.clionautes.org/spip.php?article3160

 

Otra conferencia fue la dada por Pierre Verluise el 12 abril 2014 au FDGG, titulada  : “Ex-URSS : la bataille des dépouilles de l’empire” :
Directeur du Diploweb.com. P. Verluise enseigne la Géographie politique à la Sorbonne, au Magistère de relations internationales et action à l’étranger de l’Université Paris I. Il a fondé le séminaire géopolitique de l’Europe à l’Ecole de guerre. Distinguished Professor de Géopolitique à GEM. Membre du Conseil scientifique du Festival géopolitique. Pierre Verluise publie Géopolitique des frontières européennes. Elargir, jusqu’où ?, Paris, Editions Argos, Diffusion PUF, 20 cartes en couleur.

“Le 8 décembre 1991, l’URSS implose. Les 15 républiques devenues indépendantes veulent chacune écrire une nouvelle page. Quelles sont les stratégies de la Russie, des États-Unis et de l’Union européenne pour (re)mettre la main sur ces territoires ? Avec quels résultats ?

L’Union douanière voulue par V. Poutine permettrait à la Russie d’étendre son influence sur 2,96 millions de km2, via la Biélorussie, l’Arménie et le Kazakhstan. Ce qui représente 4,3 fois plus que les hypothétiques gains d’influence de l’UE via la Moldavie, la Géorgie et l’Ukraine sans la Crimée (0,68 million de km2). Pourtant, la Russie ne semble pas prête à lâcher l’Ukraine. 23 ans après l’implosion de l’URSS, la bataille pour ses dépouilles fait rage.

La crise ukrainienne conduit à proposer sans plus tarder ces réflexions formulées dans le cadre d’une conférence pour le 6e Festival de géopolitique (avril 2014) consacré à l’Eurasie… “

Los Cliotweets de la primera quincena de febrero de 2014 presentados por Jean-Michel Crosnier

El profesor Jean Michel Crosnier, del liceo de Grésivaudan en Grenoble, es un clionauta muy activo. Impulsa Cliotwweets, una útil herramienta para profesores de geografía e historia que estén interesados en usar las humanidades digitales en su labor profesional.

Tiene la buena práctica de hacer un balance quincenal de los tweets relacionados con los cursos de historia, geografía y educación cívica que él imparte.

Su objetivo es ofrecer pistas y guías para hacer la enseñanza de la geografía y de la historia más atractivas y útiles.

Su ultimo balance, correspondiente a la primera quincena de febrero de 2014, es el siguiente.

De l’histoire avec un riche programme à la fois pédagogique et scientifique :

– 2 articles concernant l’Europe sous le nazisme : l’un de Jacques Fredj, directeur du mémorial de la Shoah intitulé : “La Shoah est-elle trop enseignée en France ?” qui pourra étayer les arguments des collègues pris à partie par des élèves “quenelleurs” ; le second article du monde.fr évoque la découverte du corpus de lettres entre Heinrich Himmler et sa femme. L’aspect le plus frappant de cette correspondance, comme le souligne Elisabeth de Fontenay dans son compte rendu, c’est l’abîme vertigineux entre, d’un côté, les crimes accomplis par le professionnel de l’extermination, et, de l’autre, la mièvrerie de ces effusions privées. Sur ce gouffre règne un silence absolu.

– Toujours sur le sujet, une carte interactive comme on en trouve maintenant à foison sur le web, mais cette fois-ci sur la déportation des enfants juifs en France, réalisée par Jean-Luc Pinol, historien, professeur à Normale Sup, à partir des données collectées depuis des années par Serge Klarsfeld. Leur rencontre avait donné naissance, en 2012, à une première cartographie de la déportation des enfants juifs, limitée à Paris et rappelée dans l’article du monde.fr

– Egalement un cours en ligne sur la chrétienté médiévale pour la 2nde, adaptable également en 5ème, proposé par le site cultivoo.com.

– Enfin une excellente nouvelle pour nos collègues enseignants : la publication des archives de la Révolution française conjointement par la bibliothèque de Stanford et la Bnf, initiative qui suscitera certainement d’intéressantes déclinaisons pédagogiques en 4ème et en 2nde.

De la géographie en quantité et je l’espère, en qualité :

– Avec une analyse géopolitique des Jeux de Sotchi, replacés dans le contexte des relations incestueuses entre les Jeux sportifs et les jeux politiques des grandes puissances, par Eric Mottet, professeur de géographie à l’UQÀM (Université de Québec).

– Egalement le compte-rendu du Café géo parisien intitulé : « Les séries TV, miroirs obscurs de la géographie urbaine ? », avec Pauline Guinard (ENS Ulm), David Buxton (Université Paris 10), Anne-Marie Paquet-Deyris (Université Paris 10, Crea), Amélie Flamand (ENSA Clermont-Ferrand, CRH-UMR Lavue) et Bertrand Pleven (IUFM Paris 4 – Paris 1), qui a eu lieu le mardi 28 mai 2013 au Café de Flore.

Je ne résiste pas au plaisir de citer le lieu choisi par nos amis des Cafés géographiques qui pourrait faire la fortune ou la chute – rayer la mention inutile – de Libération.

– Et aussi un article du globalpost (EU) sur les 15 plus grands budgets militaires de la planète, en anglais et fort bien documenté, qui sera fort utile pour nos élèves de lycée.

– Plus anecdotique, la question de savoir où courent les gens à New York, Londres, Paris ? Slate.fr met en carte les parcours des joggers qui peuvent il est vrai être aussi des enseignants…

– Enfin les “faits saillants du tourisme mondial de l’OMT (Organisation mondiale du tourisme, livraison 2013) : encore une base de données très intéressante pour nos cours.

De la culture et des pratiques pédagogiques numériques et comment elles tendent à modifier notre rapport au savoir, thème de plus en plus prolifique sur la Toile :

– Commençons par cette réflexion d’une chercheure à propos de l’usage de Twitter par ses pairs : “Voilà quelques jours, je me demandais sur Twitter pourquoi, en comparaison avec nos collègues anglo-saxons, si peu de chercheurs français se servent de cet outil. A chaque fois que je discute de l’utilisation de Twitter avec des confrères, on me renvoie un regard mi-étonné, mi-méprisant et toujours lourd de préjugés sur les réseaux sociaux. La recherche, c’est du sérieux. Pas de place pour Twitter. La non-adoption de Twitter n’est que la partie émergée de l’iceberg. Les chercheurs français ont longtemps eu une attitude bien particulière vis-à-vis de la communication scientifique. En deux mots : ignorance totale…” Polémique ?

– Avec un article du biologiste de formation et cofondateur du Centre de recherche interdisciplinaire (CRI), François Taddéi. Ce promoteur de l’interdisciplinarité est venu évoquer son obsession : comment innover dans l’éducation, comment apprendre à apprendre : “Aujourd’hui, notre système éducatif sélectionne ses éléments sur leur capacité à mémoriser des leçons. Pas sûr que ce soit une bonne méthode, puisque n’importe quel ordinateur est plus doué que nous…”, rappelle François Taddéi sur la scène des Entretiens du Nouveau Monde Industriel.Or, force est de constater que la pédagogie, elle n’a pas progressé aussi vite que la science. “Rien ne ressemble plus à une salle de classe d’aujourd’hui qu’une salle de classe du Moyen-Âge…

– Tandis que Sébastien Wart, se pose lui la question cruciale du statut de la mémorisation à l’heure de l’internet. Sébastien Wart est conseiller en technologies de l’information et optimisation Web à la Fédération des établissements d’enseignement privés (FÉEP). Il a aussi été conseiller pédagogique TIC au Collège de Montréal et enseignant de sciences.

– Egalement ici, un certain nombre d’usages de la carte mentale en classe par des enseignants dont les blogs sont hébergés par la plateforme du web pédagogique,

– Enfin, un article qui devrait en étonner plus d’un, sur l’origine médiévale de l’hyperlien, des pointeurs et des smileys, dont Frédéric Kaplan a retrouvé des ancêtres dans les textes anciens.Frédéric Kaplan occupe la chaire de Digital Humanities à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne et dirige le Digital Humanities Lab (DHLAB). Dans ce cadre, il mène des projets combinant la numérisation d’archives, la modélisation et la conception muséographique. Il travaille en ce moment sur la “Venice Time Machine”, un projet international en collaboration avec l’Université Ca’Foscari ayant pour objectif de modéliser l’évolution et l’histoire de Venise sur une période de 1000 ans.

– Je rajoute à cette abondante livraison le point sur une expérience pilote menée au lycée de Gennevilliers, qui montre comment toute une équipe s’est mobilisée pour lutter contre l’échec scolaire avec des moyens simples et qui donnent des résultats aux examens. Quand on parle d’autonomie, certains la réalisent sans tomber dans le caporalisme, cela mérite qu’on y prête attention. Alain Bouvier, ancien recteur, professeur émérite des universités de Poitiers et de Sherbrooke le rappelait dans un article récent : “Il n’y a de gestion desressources humaines que de proximité et par la confiance”. A méditer.

Clionautes: una modélica asociación de enseñantes franceses

Desde hace tiempo la asocación Clionautes está cumpliendo una meritoria labor en el ámbito educativo francés. Con motivo de una mutación de sus servidores para crear una sorprendente galaxia,  cuya visita ofrece numerosas sorpresas, su presidente Bruno Modica ha dirigido una carta abierta a los integrantes de su asociación, y a los suscriptores de la lista H-Français, que por su interés reproduzco en esta bitácora.

Cliotheque 2

Après deux heures de travail la mutation des cinq sites syndiqués de la galaxie a été réalisée…

Vous avez pu suivre, sur Facebook https://www.facebook.com/pages/Clionautes/353027834808658
et sur twitter avec le compte @clionautes1 les étapes de cette mutation avec quelques images et captures d’écran.

Je rappelle encore une fois quelques informations utiles notamment aux co-listiers d’H-Français .

La liste H-Francais est gérée par les Clionautes mais les Clionautes sont une association loi 1901. Dirigée par un bureau, avec un Président, un secrétaire etun trésorier. Association d’utilité publique elle a permis cette année que la cotisation annuelle (15 €) soit déductible de l’IRPP à concurrence de 66 %. http://www.clionautes.org/spip.php?article493#.Uv5Lv4WwSuE

Cette association s’inscrit dans une démarche expliquée ci-dessous

Une association de praticiens de l’histoire et de la géographie, enseignants mais pas seulement, engagés dans les usages du numérique

Mission

Les Clionautes sont une association regroupant des enseignants d’histoire et de géographie. Elle a été créée en 1998 par des membres de  la liste H-Français. Les Clionautes se fixent comme but : la diffusion des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement de l’histoire et de la géographie ainsi que la promotion et la défense de l’enseignement de l’histoire, la géographie, l’éducation civique, juridique et sociale.

Informations générales

Association de culture professionnelle, les Clionautes, historiens et géographes, souhaitent jouer pleinement leur rôle dans les débats engagés aujourd’hui dans l’espace public à propos de nos disciplines enseignées.

Nous agissons dans tous les ordres d’enseignement, du primaire à l’université, en passant par les classes préparatoires et nosu sommes ouvert à toutes personne, enseignantes ou non,  actifs ou non, étudiants  qui partagent ces objectifs.

La mutation du site avec son nouvel habillage correspond aussi à une nouvelle approche, celle d’une association disciplinaire, engagée et active. Indépendante mais présente dans les débats sur lesprogrammes et en général sur les enjeux qui concernent nos matières. (Lois mémorielles, débats sur l’histoire etc.)

Ce site a été réalisé par Xavier Birnie-Scott, un collègue professeur de  mathématiques et ancien ingénieur hydraulicien qui a découvert SPIP à  cette occasion. Il est installé à Murviel les Béziers. Il est le créateur de ce site http://www.galaxies-sf.com/, entre autres.

Au niveau de l’ergonomie pour les utilisateurs nous avons simplifié et automatisé les procédures de mise en ligne des articles.
Si l’on rajoute le mot clé carousel (en anglais), on envoie l’illustration de l’article vers le slider, menu déroulant animéqui se
trouve en ligne au dessus de la page. Le moteur de recherche interne a été simplifié et il est désormais plus efficace. Et les résultats plus lisibles.

Je reviens vers les co-listiers de H-Français pour leur dire les choses suivantes. Si, depuis 1996, et sans interruptrions, la liste H-Français existe, nous le devons au réseau international H-net mais la permanence de cette liste de diffusion et de sa modération dépendent de l’association des Clionautes. Nous aider à continuer en adhéreant à l’association serait bienvenu, d’autant que vous pourrez, en présenciel si vous le souhaitez, nous rencontrer à Paris le 22 mars, aux RDV de Blois et de Saint Dié en octobre.

Je demande aux collègues qui estiment que la défense de la place de nos disciplines mérite d’être défendue de nous rejoindre, ne serait-ce qu’en  nous envoyant une cotisation modeste.

http://www.clionautes.org/spip.php?article493#.Uv5Lv4WwSuE

C’est le point de départ d’une action que nous entendons poursuivre et développer. Certes les réseaux sociaux peuvent aussi servir de moyen d’information et de mobilisation, mais lorsqu’il s’agir d’agir concrètement, ce sont des acteurs qui changent le réel et le font évoluer.

Depuis trop longtemps, j’entends dans les salles des profs des collègues  qui se lamentent, qui ne sortent pas la tête du guidon, qui sont  désabusés souvent ou qui se réfugient dans l’indifférence quand ce n’est  pas la complaisance avec ceux qui nous ont porté des coups sous couvert  de pédagogie ludique, remettant en cause les contenus disciplinaires.

Après 32 ans de métier je n’ai pas changé et je reste toujours déterminé  à ce que les choses changent. Faisons le ensemble dans le respect  de  nos différences et de nos points de vue, attachés à nos valeurs de  tolérance et à la réussite des élèves et des étudiants qui nous sont confiés.

Bruno Modica
Président des Clionautes
Modérateur H-Français

Un debate francés sobre la enseñanza de la historia

El número 175 de la revista Le Débat de mayo-agosto de 2013 dedicó un dossier a la enseñanza de la historia. En él Pierre Nora, a modo de editorial, publicó el texto “Pourquoi est-il devenu si difficile d’enseigner l’histoire dans les classes du primaire et du secondaire?”.

En el blog Aggiornamento hist-geo. Réflexions et propositions pour un renouvellement de l’enseignement de l’histoire et de la géographie du primaire à l’université Vincent Capdepuy replica los planteamientos de Pierre Nora. Si éste pone el énfasis en que parte de esas dificultades provienen de la minusvaloración de la historia nacional y las transformaciones habidas entre los jóvenes en su relación con el pasado aquel subraya que lo fundamental es enseñar el mundo en las aulas porque el mundo es nuestro presente y el horizonte espacial de los alumnos.

De todas maneras concluye su argumentación Vincent Capdepuy que la renovación de la enseñanza de la historia no debe limitarse a la introducción de la historia global en las aulas para superar la crispación nacional: lo que importa es que la educación proporcionada a los alumnos les permita construir un proyecto social que haga posible el desarrollo de sus capacidades individuales y una justa convivencia social mediante el acceso crítico a los saberes.

He aquí el interesante post de Vincent Capdepuy que esta bitácora acoge, interesada por la historia global y la enseñanza de la historia y geografía.

LE DÉNI DU MONDE por Vincent Capdepuy

Le dernier numéro du Débat est consacré à l’enseignement de l’histoire, au « difficile enseignement de l’histoire ». Car telle est la question/affirmation posée par Pierre Nora à l’orée de son éditorial : « Pourquoi est-il devenu si difficile d’enseigner l’histoire dans les classes du primaire et du secondaire ? C’est de cette question, fondée sur un constat largement répandu, que nous sommes partis. »[1]

De cette interrogation qui n’en a que l’apparence suit un numéro foncièrement biaisé. Car rien n’étaye sérieusement ce constat, sinon l’appui du discours décliniste porté par Hubert Tison, secrétaire général de l’Association des professeurs d’histoire-géographie[2]. Non, la simple évidence semble suffire à Pierre Nora pour affirmer que « cette difficulté […] n’a cessé de s’aggraver depuis trente ou quarante ans ». On peut être sceptique. Que l’enseignement en général ne soit pas toujours aisé, que les conditions de l’enseignement aient changé avec sa massification, on veut bien l’admettre, en débattre, mais y a-t-il une spécificité de l’histoire ? Y a-t-il une difficulté particulière de l’histoire par rapport aux mathématiques, aux langues vivantes, au français ?

Nonobstant, ce qui dérange dans cet éditorial n’est pas forcément le constat lui-même que les explications apportées par Pierre Nora, à savoir la dévalorisation de l’histoire nationale et la transformation, chez les jeunes, du rapport au passé. Autrefois, avant la défaite de 1940, avant la décolonisation, « chaque élève [se projetait] dans un ensemble social et temporel auquel il n’avait pas besoin de proclamer son appartenance, tant elle était spontanément éprouvée, tant elle était évidente ou désirée »[3] Vision passablement reconstruite d’antan, même si on ne peut qu’approuver l’idée qu’une cassure s’est produite, au mitan du XXe siècle, dans la relation des Français au Monde lorsqu’ils ont peu à peu pris conscience que le temps de la puissance était révolue. On s’agacera aussi du postulat de Pierre Nora selon lequel « pour que l’apprentissage du passé ne se résume pas au mieux à une distraction inutile, au pis à une litanie coupable, il faut qu’il mette en évidence une forme de progrès : progrès de la démocratie par exemple, progrès d’une économie et d’une science prometteuses de mieux être ou d’un avenir meilleur. » Pierre Nora n’espère pas ressusciter le « roman national », mais il reste attaché à la forme du « roman », à un récit préconstruit et prêt-à-enseigner, à une histoire qu’il faut « faire entendre et apprendre »[4] – comprendre ? Apparemment, non. Il ne cache d’ailleurs pas sa nostalgie d’une pédagogie « traditionnelle, voire autoritaire, avec une chronologie, des questions et des affirmations. »[5]. Cette question de la chronologie, sur laquelle nous ne nous attarderons pas, revient plus loin sous la plume de Krzysztof Pomian[6]. Celui-ci consacre plusieurs paragraphes à rappeler l’évidence, qu’on ne peut pas enseigner de l’histoire sans dates, pourfendant ainsi on ne sait trop quel ennemi. On rappellera seulement ici notre regret que les historiens, s’ils ont réfléchi sur le temps[7], ne se soient pas investis davantage dans une réflexion modélisante sur la frise chronologique à l’image de ce qui a été fait par les géographes dans les années 1980-1990[8].

En réalité, lorsqu’on évoque la chronologie dans le débat sur les programmes de collège ou de lycée, c’est la linéarité de l’histoire qui est souvent en jeu. Pour Pierre Nora, l’histoire est un récit dont le sens justifierait son enseignement et dont la simple mise en intrigue tiendrait lieu d’explication causale ; l’histoire ne semble jamais être envisagée comme une science humaine qui interroge les sociétés dans leurs passés, dans leurs présents, dans leurs futurs. Hubert Tison se flatte ainsi du combat mené par l’APHG (alors SPHG) au milieu des années 1970 contre le projet d’inclure l’histoire-géographie dans un enseignement de sciences humaines et sociales[9]. Cette réforme se heurta à l’hostilité de la SPHG et de la majorité des syndicats, mais aussi à un certain nombre d’intellectuels de droite comme Raymond Aron, éditorialiste au Figaro, ou Maurice Le Lannou, qui tenait une chronique de géographie dans Le Monde et qui défendait l’enracinement contre la « mondialisation » :

« Refaire le villageois, le citadin, le citoyen des temps modernes exige de toute évidence qu’on n’oublie ni l’histoire ni la géographie. Celles-ci sont l’antidote des abstractions qui caractérisent ‑ sans les discréditer le moins du monde ‑ les sciences à modèles comme l’économie. Elles sont propres à tempérer les enthousiasmes des croissances et l’aveuglement des propagandes. Elles sont en tout cas utiles à la formation de l’homme et du citoyen dans nos pays menus d’Europe trop nuancés et trop subtils pour justifier une éducation à l’américaine. Partant, elles sont indispensables à notre indépendance.

Avec l’histoire et la géographie, nous sommes au cœur des choses. Avec vos nouveaux programmes thématiques, sectoriels, optionnels, qui font disparaître dans un capharnaüm dit “science humaine” jusqu’à la trame des temps et à l’image du monde, vous nous menez, monsieur le ministre, en Amérique. »[10]

En 1977, de nouveaux programmes rétablirent la chronologie. On rata sans doute à ce moment une occasion d’une réforme importante et d’un décloisonnement vers un enseignement pluridisciplinaire des sciences humaines et sociales que certains, au sein du collectif Aggiornamento, appellent toujours de leurs vœux[11].

Pourtant c’est bien la difficulté pointée par Olivier Grenouilleau dans un article du même dossier : les élèves aiment bien l’histoire lorsqu’on leur raconte[12]. Outre le côté répétitif et ennuyeux des programmes d’histoire, ce qui fait de l’histoire une discipline compliquée pour eux, c’est l’analyse, l’argumentation, l’appropriation critique. Cependant, comme le souligne bien Olivier Grenouilleau, « c’est en apprenant à déconstruire et à reconstruire la pensée des autres que l’on peut en effet apprendre à construire la sienne »[13]. On pourrait d’ailleurs compléter le propos en faisant un parallèle avec la géographie. Alors que celle-ci touche directement au présent des élèves et devrait a priori les intéresser davantage, dans une perspective pragmatique qu’ils affectionnent volontiers, elle n’emporte qu’assez peu leur enthousiasme par le manque de récit. Le contraste peut s’avérer d’autant plus évident pour les élèves qu’il s’agit du même professeur qui enseigne à la fois l’histoire et la géographie. Bref, si nous étions un tantinet facétieux, et à condition d’accepter l’idée d’une dégradation de l’enseignement de l’histoire, on pourrait faire l’hypothèse que cette dernière résulterait de l’introduction de la problématique dans les cours d’histoire à partir de la fin des années 1980. Or, faut-il le rappeler, ce que nous considérerons indéniablement comme une avancée, est à mettre à l’honneur de la « Nouvelle Histoire » des années 1970.

Ce n’est pas, cependant, l’analyse proposée par Pierre Nora. Selon lui, si l’histoire nationale est difficile à enseigner aujourd’hui, c’est qu’elle a été attaquée par « des historiens jeunes, et parfois moins jeunes » animés « par un ressentiment à l’égard de la France »[14]. L’expression est forte. Cette « contre-histoire » comme l’appelle Pierre Nora, défendue par des mauvais Français, prendrait appui sur la mémoire coloniale et sur l’histoire globale.

Sans retracer tout l’historique de la question des mémoires coloniales[15], rappelons que celle-ci a fait irruption dans le débat public à la fin des années 1990 alors qu’on aurait pu penser la mémoire apaisée. En 2001, la « loi Taubira » reconnaissait les traites négrières et l’esclavage comme un crime contre l’humanité, et imposait d’y accorder une place conséquente dans les programmes scolaires. Ceci valut à Olivier Grenouilleau, à la suite d’un entretien accordé au Journal du dimanche, en juin 2005, d’être poursuivi pour négationnisme par le Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais pour avoir nié que la traite négrière fût un génocide. Plainte finalement retirée face au soutien de nombreux historiens et à la pression médiatique. Par ailleurs, en 2003, Marc Ferro publiait Le Livre noir du colonialisme. Pour contrer cette dynamique jugée trop critique à l’égard du passé de la France, le parlement, sous le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin, adopta le 23 février 2005 une loi « portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés » dont l’article 4 imposait à la recherche et à l’enseignement de reconnaître « le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord » ; l’article, dénoncé, finit par être abrogé en 2006. C’est dans ce contexte que furent créés en 2005 le Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire, puis en 2006 l’association « Liberté pour l’histoire ». Le débat qui s’en suit porte sur la question de la dimension politique de l’histoire, sans que tous ne discernent forcément ce qui est de la recherche, par nature polyphonique et contradictoire, et ce qui est de l’enseignement, dont les cadres sont définis par la loi à des fins publiques. Au demeurant, la position de Pierre Nora sur cette question est claire : « 2000 ans de culpabilité chrétienne relayée par les droits de l’homme se sont réinvestis, au nom de la défense des individus, dans la mise en accusation et la disqualification radicale de la France. Et l’école publique s’est engouffrée dans la brèche avec d’autant plus d’ardeur qu’à la faveur du multiculturalisme elle a trouvé dans cette repentance et ce masochisme national une nouvelle mission »[16].

Après avoir dénoncé le poids de la mémoire coloniale, Pierre Nora s’attaque à ceux qui prendraient prétexte de l’histoire globale, assez neuve en France, pour remettre en question l’histoire nationale : « Cette déconstruction et ce retournement de l’histoire officielle auraient pu être la source d’un enrichissement fécond. Ils l’ont été parfois. Mais le plus souvent, ils n’ont abouti qu’à un militantisme idéologique qui est le pendant du militantisme national(iste). »[17] Le mondialisme, voilà l’ennemi ! Un extrémisme qui mettrait en péril la cohésion nationale et saperait les fondations de la maison France. Déjà, lors des Rendez-vous de l’histoire de Blois, en 2011, Pierre Nora, dans le discours de clôture, avait affirmé son désir de protéger le roman national[18]. Dans Le Monde, Gaïdz Minassian s’interrogeait : « À force de vouloir protéger l’Histoire du péril de la politique, Pierre Nora n’en vient-il pas finalement à manier les mêmes instruments que ses opposants, à savoir une forme d’idéologisation de la méthode sous couvert d’affirmations épistémologiques ? L’avenir nous dira si sa dernière intervention était plus un hymne au roman national, expression dont il a eu le génie, ou une oraison funèbre d’une histoire nationale en sanglots ? »[19].

Une question toutefois mérite d’être posée : quelle est aujourd’hui l’influence réelle de l’histoire globale dans l’enseignement de l’histoire en primaire et dans le secondaire, à part les quelques heures consacrés au Songhaï ou Monomotapa en classe de cinquième ? À peu près nulle. Et ceci pour la bonne raison que l’histoire globale, malgré des contributions majeures et parfois anciennes, reste en France marginalisée et sujette à suspicion[20]. On n’est pas loin de considérer qu’elle est le cheval de Troie de la mondialisation, perçue comme exclusivement libérale[21].

Alors oui, il y a des partisans, universitaires, enseignants, journalistes, curieux, qui s’intéressent à l’histoire globale, qui cherchent à développer cette approche et à la diffuser[22], qui aimeraient, pour certains d’entre eux, voir l’enseignement de l’histoire renouvelé[23] ; mais sont-ils pour autant des saboteurs ? Peut-on considérer qu’ils sont, que nous sommes, les responsables des hypothétiques difficultés de l’enseignement de l’histoire en France ? Le ridicule de l’attaque pourrait prêter à rire si elle n’inquiétait par ce qu’elle implique. Que de crispations en France à propos de l’histoire globale ! Que d’ignorance, de méprise ! Et ceci alors même que Sanjay Subrahmanyam vient d’être élu au Collège de France à la chaire « Histoire globale de la première mondialisation ».

Cette idée d’un antagonisme entre histoire nationale et histoire globale mise en avant par Pierre Nora est développée par Christophe Charle dans un autre article. Mais d’emblée, celui-ci pose une identification un peu étonnante : « Ce que l’on appelait naguère la “nouvelle histoire” ce que l’on appelle dans les sphères savantes les plus avancées l’ “histoire globale” ou l’ “histoire transnationale” »[24] La « Nouvelle Histoire », qui s’inscrit dans l’école des Annales, était caractérisée par l’attention portée aux mentalités et par l’intégration de méthodes empruntées à l’ethnologie et à l’anthropologie. En prenant en considération à la fois le matériel et l’idéel, elle entendait être une « histoire totale », ou effectivement « globale » comme le disait déjà Fernand Braudel[25]. La confusion de Christophe Charle, et il n’est pas le seul, tient donc à cet adjectif polysémique.

L’histoire globale telle qu’on peut la pratiquer aujourd’hui, et si tant est qu’on puisse s’entendre sur ce qu’elle est, n’est pas une histoire de tout sur tout. Elle peut à la limite se confondre avec l’histoire mondiale, et de fait en anglais beaucoup considèrent que les appellations de World History et de Global History recouvrent des études similaires. Néanmoins, l’histoire globale est à prendre au pied de la lettre : elle vise à mieux comprendre l’histoire des hommes à l’échelle du globe terrestre, sans prétendre subsumer toutes les histoires de la planète en une vaste histoire universelle. Car la spécificité de l’histoire globale tient précisément à poser qu’il y a un moment où cette échelle globale devient pertinente en raison des interconnexions croissantes entre les sociétés humaines[26]. C’est pourquoi la notion de mondialisation est si cruciale en histoire globale. Ce qui fait débat parmi les historiens de la globalité est d’une part la délimitation géohistorique de ce moment où le globe devient lieu, d’autre part l’extension ou non de l’histoire globale aux périodes antérieures à la recherche des racines de la mondialisation. Mais en aucun cas, l’histoire globale ne nourrit une quelconque volonté hégémonique sur l’ensemble de l’histoire, elle n’est qu’une parmi d’autres, tantôt histoire sociale, tantôt histoire économique, tantôt histoire politique, tantôt histoire environnementale, elle est influencée aussi bien par l’histoire connectée que par les études post-coloniales ou l’histoire comparée, elle puisse autant dans l’histoire des techniques que dans l’histoire des mentalités et des représentations. L’histoire globale est pluridisciplinaire, pluriséculaire, multiscalaire.

L’histoire globale est-elle « une histoire sans frontières, sans territoire, sans chronologie, sans héros » comme l’avance Christophe Charle[27] ? Elle ne s’est pas pour l’heure constituée en un récit. Mais on pourrait, certes, concevoir qu’elle le devienne un jour, avec ses dates[28] et ses figures[29], et participe ainsi à l’appropriation du Monde comme territoire de l’humanité. L’entreprise de l’Unesco de publier une « Histoire du développement scientifique et culturel de l’Humanité », qui ne s’est achevée qu’en 1976, obéissait dans une certaine mesure à cette logique[30]. Toutefois, le propre de l’histoire globale et justement de s’en démarquer par une dimension polycentrique empruntée aux études post-coloniales. Aussi l’histoire globale est-elle volontiers définie au pluriel, comme nous l’écrivions récemment, « puisqu’il est désormais clair que personne ne pourra prétendre avoir le monopole du grand récit mondial, réconciliant les points de vue, les ressentis, les émotions de tant d’individus et de groupes sociaux différents. »[31].

Mais le cœur de l’article de Christophe Charle est bien la question de l’enseignement ‑ quoiqu’il parle de « pédagogie » sans savoir que le terme désigne les modalités pratiques de la mise en œuvre d’une situation d’enseignement. Cherchant à donner des exemples assez précis, il prend celui du livre comme objet. On pourrait l’étudier « à propos de la Renaissance et de la Réforme, de la diffusion des Lumières, des progrès de la scolarisation ou de l’alphabétisation en tant que phénomènes nationaux, européens voire, au XXe siècle, mondiaux. »[32] La suggestion est pour le moins vague. Pourtant l’idée n’est pas mauvaise. À l’heure du numérique, on pourrait envisager tout un cours autour de l’histoire du livre, sur l’invention du codex, sur l’invention du papier et sa circulation, sur l’imprimerie, sur sa diffusion et sur la disparition d’autres formes d’écrits, bref sur sa mondialisation jusqu’à sa numérisation actuelle. On pourrait sans doute faire un cours passionnant sur un objet concret qui permet de traverser les siècles et les continents. Mais manquons-nous à ce point d’imagination pour vouloir le recaser dans le sempiternel et unique récit de la civilisation occidentale ?

L’autre exemple proposé par Christophe Charle est pris directement dans les programmes en vigueur au lycée : « croissance économique, mondialisation et mutations des sociétés depuis le milieu du XIXe siècle ». La proposition est beaucoup plus banale tant elle est évidente, mais ce qui est gênant est que l’auteur replace cette leçon dans le programme de terminale, au lieu du programme de première. Détail, certes, mais qui révèle le décalage entre l’universitaire et le sujet sur lequel il écrit. C’est regrettable car la question de l’enseignement de l’histoire globale mériterait une vraie réflexion, entamée, par l’exemple, depuis près de deux ans sur le blog Histoire globale[33].

Il reste que l’antagonisme entre histoire nationale et histoire globale est pour partie une fiction. D’un côté, il y a un réseau informel, Aggiornamento histoire-géographie, qui cherche à réformer l’enseignement de ces disciplines et qui combat effectivement les tenants du « roman national » les plus rétrogrades[34]. D’un autre côté, il y a l’idée que l’histoire globale peut contribuer à cette réforme en ouvrant cet enseignement au Monde. Mais jamais il n’a été question de substituer l’histoire globale à l’histoire nationale. S’il fallait donner un nom à cet enseignement qui permettrait de prendre aussi l’histoire régionale et l’histoire mondiale, en passant par l’histoire nationale, mais qui permettrait surtout de concilier la double tension entre le micro et la macro, entre le particulier et la général, on pourrait le qualifier de « glocal ». Sur le plan didactique, Olivier Grenouilleau, dans son article, soutient l’utilisation d’études de cas, pratique d’abord expérimentée en géographie, puis adaptée, de façon malheureusement trop rigide, en histoire. La méthode des « études de cas étendues », définie par l’anthropologue Michael Burawoy, pourrait ainsi s’avérer une solution très pertinente[35]. Inspirée par certains travaux de l’École de Chicago, elle vise à mettre en lumière les connexions entre le local et le global. Dans une logique voisine, on pourrait aussi penser au beau livre de Timothy Brook, Le Chapeau de Vermeer, qui montre les cheminements géographiques et historiques qu’il est possible de faire à partir de quelques tableaux du maître de Delft[36].

Au final, la vraie question est celle posée par Christian Grataloup dans ce même numéro du Débat[37]. L’enseignement de l’histoire-géographie est partagé entre deux objectifs : l’apprentissage d’une appartenance collective et l’initiation aux sciences humaines. Ces deux objectifs doivent-ils être maintenus ? L’antagonisme majeur est là, et il n’est pas nouveau[38]. Mais il est peut-être temps d’en finir avec l’histoire comme catéchèse. L’enseignement de l’histoire et de la géographie devrait bien plus être porteur d’« inquiétude » pour reprendre l’expression de Patrick Boucheron[39]. Comme le disait également Romain Bertrand, « c’est une histoire qui non seulement renonce à la vérité à majuscule, mais aussi rend visibles les opérations par lesquelles elle se constitue. Elle refuse d’enlever les échafaudages devant les façades »[40]. Contrairement à ce que pensent Pierre Nora, Christophe Charle et Krzysztof Pomian, l’introduction de l’histoire globale ne serait pas une réponse à la présence d’immigrés en France – dont on aimerait un peu qu’on cesse de toujours les montrer du doigt comme s’ils étaient la cause des éventuelles difficultés de notre école –, mais tout simplement une évidence, car la France n’est pas une île. Les individus qui la composent sont multidimensionnels et contre la tentation d’un repli sur des identités-racines fictives, qu’elles soient nationales, régionales ou raciales, il s’agit de mettre en évidence les identités-rhizomes d’une humanité cosmopolite. S’il faut enseigner le Monde, c’est parce que le Monde est notre présent et qu’il est l’horizon de nos élèves. Cela fait plus d’un demi-siècle qu’on le répète et il serait temps d’arrêter de faire des Français des étrangers au Monde.

Finissons en rappelant que le renouvellement de l’enseignement de l’histoire ne doit pas se limiter à l’introduction de l’histoire globale[41] ; et en appelant à dépasser la crispation nationale : ce qui importe avant tout est l’éducation qu’on veut donner aux enfants dans un projet sociétal qui permette l’épanouissement de chacun et le vivre ensemble par un accès critique aux savoirs.


Notes

[1] Pierre Nora, 2013, « Difficile enseignement de l’histoire », Le Débat, n° 175, p. 3.

[2] Hubert Tison, 2013, « La bataille de l’enseignement. L’histoire sous la Ve République », Le Débat, n° 175, pp. 18-22.

[3] Pierre Nora, art. cit., p. 4.

[4] Ibid.

[5] Pierre Nora, propos recueillis par Thomas Rabino, Marianne, 9 juin 2013 : « Nos ancêtres… mais lesquels ? ».

[6] Krzysztof Pomian, 2013, « Partir du présent », Le Débat, n° 175, pp. 79-92.

[7] À commencer par Krzysztof Pomian lui-même, 1984, L’Ordre du temps, Paris, Gallimard ; ou encore Jean Leduc, 1999, Les Historiens et les temps, Paris, Seuil.

[8] Cf. le site académique de La Réunion, la « Chronothèque », qui reste en chantier.

[9] Hubert Tison, art. cit., p. 19. Sur ce projet, porté par René Haby, on peut lire la thèse de Patricia Legris, 2010, L’écriture des programmes d’histoire en France (1944-2010), thèse de doctorat, Paris Panthéon-Sorbonne, p. 227 sq. (consultable sur le site des Archives ouvertes).

[10] Maurice Le Lannou, « “La société déracinée” », Le Monde, 30 août 1976.

[11] Vincent Capdepuy, « Le temps, l’espace, le passé, le présent : quelle combinatoire pour quel enseignement ? », Aggiornamento, 11 avril 2013.

[12] Olivier Grenouilleau, 2013, « L’histoire à l’école. Représentations, enjeux, perspectives », Le Débat¸ n° 75, pp. 51-59.

[13] Olivier Grenouilleau, art. cit., p. 59.

[14] Pierre Nora, art. cit., p. 4.

[15] Pour sa place dans l’enseignement, cf. Laurence De Cock, 2012, « Un siècle d’enseignement du “fait colonial” dans le secondaire de 1902 à nos jours », Histoire@politique, n° 18.

[16] Françoise Chandernagor, Pierre Nora, 2008, Liberté pour l’histoire, Paris, CNRS éditions, quatrième de couverture.

[17] Pierre Nora, art. cit., p. 5.

[18] La conférence peut toujours être visionnée sur le site du Web pédagogique.

[19] Gaïdz Minassian, « L’histoire globale peine encore à supplanter le “roman national” en France », Le Monde, 19 octobre 2011.

[20] Parmi les principaux ouvrages parus en français, on citera de Serge Gruzinski, 2004, Les Quatre parties du monde. histoire d’une mondialisation, Paris, La Martinière ; de Christian Grataloup, 2007, Géohistoire de la mondialisation. Le temps long du monde, Paris, Armand Colin ; sous la direction de Philippe Beaujard, Laurent Berger et Philippe Norel, 2009, Histoire globale, mondialisations et capitalisme, Paris, La Découverte ; sous la direction de Patrick Boucheron, 2009, Histoire du monde au XVe siècle, Paris, Fayard ; de Romain Bertrand, 2011, L’Histoire à parts égales. Récit d’une rencontre, Orient-Occident (XVIe-XVIIesiècle), Paris, Seuil, dont le titre a pu claquer comme un slogan ; de Philippe Beaujard, 2012, Les Mondes de l’océan Indien, Paris, Armand Colin. La liste n’est pas exhaustive, mais en réalité, très peu de ces auteurs se revendiquent de l’histoire globale.

[21] Chloé Maurel, 2009, « La World/Global History. Questions et débats », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 104, pp. 153-166.

[22] Les éditions Sciences humaines ont ainsi permis la publication de deux ouvrages collectifs : Laurent Testot (dir.), 2008, Histoire Globale. Un autre regard sur le monde ; Philippe Norel et Laurent Testot (dir.), 2012, Une histoire du monde global, Auxerre. Soulignons également qu’aucun éditeur n’a pour l’instant eu le courage de publier un manuel d’histoire globale.

[23] Vincent Capdepuy, « Contre le repli identitaire, une géohistoire ouverte », Aggiornamento, 8 octobre 2012 ; « L’histoire globale par les sources », in Philippe Norel et Laurent Testot (dir.), 2012, Une histoire du monde global, Auxerre, Sciences Humaines Éditions, pp. 371-373.

[24] Christophe Charle, 2013, « Histoire globale, histoire nationale », Le Débat, n° 75, p. 60.

[25] L’expression n’apparaît pas dans sa thèse, mais dès 1953 il s’enthousiasme pour le triomphe « d’une histoire globale soucieuse de saisir l’ensemble de la réalité sociale » : « Au parlement des historiens : retour sur le Congrès international de Paris, 1950 », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, Vol. 8, n° 3, p. 369.

[26] C’est précisément cette échelle globale qui est source de réticences pour certains qui défendent les études « au plus près des choses » : 2001, « Une histoire à l’échelle globale », Annales. Histoire, Sciences Sociales, Vol. 56, n° 1, pp. 3-4.

[27] Christophe Charle, art. cit., p. 64.

[28] 1405 par exemple, cf. John Darwin, 2007, After Tamerlane. The Global History of Empire, Londres, Allen Lane.

[29] Miles Ogborn, 2008, Global lives. Britain and the World, 1550-1800, Cambridge, Cambridge University Press.

[30] Poul Duedhal, 2009, « Un projet pour l’humanité : l’UNESCO et l’invention de l’histoire globale », papier présenté à Towards the Transnational History of International Organizations: Methodology/Epistemology, King’s College, Université de Cambridge ; Chloé Maurel, 2011, « L’Unesco : une plate-forme pour les circulations transnationales des savoirs et d’idées (1945-1980) », Histoire@politique, n° 15.

[31] Philippe Norel, Laurent Testot et Vincent Capdepuy, « Pourquoi le monde a besoin d’histoires globales », Histoire globale, le Blog, 23 octobre 2012.

[32] Christophe Charle, art. cit., p. 67.

[33] Vincent Capdepuy, « Histoire globale par les sources », Histoire globale, le Blog.

[34] Laurence De Cock, Guillaume Mazeau, Éric Fournier, « Vague brune sur l’histoire de France », Aggiornamento, 27 août 2012 ; William Blanc, Aurore Chéry, Christophe Naudin, 2013, Les Historiens de garde. De Lorànt Deutsch à Patrick Buisson, la résurgence du roman national, avec une préface de Nicolas Offenstadt, Paris, édition Inculte-Temps (ouvrage complété par un site).

[35] Michael Burawoy, « The Extended Case Method », Theoretical Sociologye, Vol. 16, n° 1, 1998, pp. 4-33. Sur la question, on peut aussi lire les réflexions de Marc Abélès, 2008, Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot, p. 94 sq.

[36] Laurent Testot, « Vermeer, peinte connecté », Histoire globale, le blog, 25 janvier 2013.

[37] Christian Grataloup, 2013, « La géographie scolaire sans boussole », Le Débat, n° 75, pp. 69-78.

[38] Laurence De Cock, « Autour du livre de Didier Cariou, Écrire l’histoire scolaire, Paideia, PUR, 2012 », Aggiornamento, 16 mars 2013.

[39] « Continuités historiques et entretemps – entretien avec Patrick Boucheron (2/3) », Nonfiction, 16 juin 2012.

[40] Romain Bertrand dans un entretien avec Julie Clarini, « Romain Bertrand, lauréat du grand prix 2012 des Rendez-vous de l’histoire de Blois : “Inquiéter les certitudes” », Le Monde, 18 octobre 2012.

[41] Vincent Capdepuy, Laurence De Cock, « Réformer la réforme : propositions pour un nouveau programme de lycée », Aggiornamento, 26 novembre 2012.

2013: la historia global en revistas y magazines franceses

Con motivo de su cuarto aniversario el blog Histoire globale efectúa un balance sobre la producción historiográfica acerca de la historia global en revistas y magazines franceses a lo largo de 2013. Dado su interés reproducimos este post en nuestra bitácora.

2013, du côté des revues :

Histoire globale, Actuel Marx, n° 53, avril-juin 2013. Voir le billet de Gabriel Vergne paru sur ce blog le 2 mai dernier.

Pourquoi l’histoire globale ? Cahiers d’histoire, n° 121, avril-juin 2013. Voir le billet de Vincent Capdepuy à paraître prochainement sue ce blog.

Penser global, Socio, n° 1, mars 2013. Brièvement évoqué dans la troisième partie du billet « L’histoire globale en débats »  et recensé par Christophe Rymarski dans Les Grands Dossiers des sciences humaines n° 31, sous le titre « une revue pour la pensée globale »

Difficile enseignement de l’histoire, Le Débat, n° 175, mai-août 2013. « Pourquoi est-il devenu si difficile d’enseigner l’histoire dans les classes du primaire et du secondaire ? », s’interroge Pierre Nora. Une question qui a suscité une réponse de Vincent Capdepuy sur Aggiornamento.

Les guerres de demain, Politique étrangère, vol. 78, n° 3/2013. L’évidence est statistique : le nombre de conflits armés ne cesse de décroître dans le Monde, au point qu’il n’a jamais été plus pacifié qu’aujourd’hui. Faut-il pour autant prophétiser la fin de la guerre, quand l’affaiblissement des États (garants de cette pacification), les difficultés de mise en œuvre des processus de sortie de conflit et la multiplication des guerres intra-étatiques (opposant un État à une organisation terroriste ou criminelle) peut à tout moment changer la donne ? Un second dossier, en explorant les conséquences de l’usage du drone armé, complète opportunément l’analyse d’un Monde pacifié et pourtant toujours violent.

Inventions des continents, Monde(s). Histoire espaces relations, n° 3, mai 2013. Sociétés coloniales. Enquêtes et expertises, Monde(s). Histoire espaces relations, n° 4, septembre 2013. La revue semestrielle Monde(s) a produit cette année deux numéros d’excellente facture. Celle qui se présentait, lors de la parution de son premier numéro en 2012, comme la première revue en France consacrée à l’histoire globale, tient ses engagements d’explorer de larges pans d’histoire(s) globale, internationale ou connectée.

Regards géopolitiques sur la Chine, Hérodote, n° 150, 3e trim. 2013. Désormais deuxième puissance économique et premier pollueur mondial, la Chine réémerge d’un long sommeil. Une première série d’articles ausculte les entrailles du géant, du défi colossal du développement de zones rurales abritant 600 millions de personnes à l’analyse de la législation et des mouvements sociaux internes poussant les entreprises à la responsabilité écologique. La seconde partie dissèque l’entrelacs des relations étrangères de la Chine, souvent marquées par des réactions à la stratégie diplomatique des États-Unis, avec Taïwan, le Japon, l’Inde, l’Asie centrale, l’Afrique… Instructif.

Les écologies politiques aujourd’hui (5) Chine, Écologie & Politique, n° 47, 2013. Un numéro qui complète utilement la lecture du précédent, en scannant le volet environnemental de la croissance chinoise. Car si les dégradations environnementales font rage, elles suscitent des mobilisations citoyennes innombrables, jugées comme périlleuses par le pouvoir. Celui-ci est pris entre plusieurs feux : comment se développer à toute force en épargnant la pollution à sa population ? Comment produire toujours plus de technologie verte en limitant sa dépendance aux métaux rares dont elle est gourmande ? En conclusion, un texte de l’historien environnemental Mark Elvin nous montre une agriculture chinoise historiquement plus productive que son alter ego occidentale avant le règne de l’industrialisation.

 Chine : regards croisés, La Pensée, n° 373, janvier-mars 2013. Pour comprendre trois aspects de la montée en puissance chinoise – son système financier, ses réformes politiques et sa structuration sociale –, La Pensée a choisi de publier à parts égales des chercheurs chinois et européens. Cela permet de dégager d’étonnantes divergences de vues sur les évolutions et les objectifs : ainsi, pour un État jugé autoritaire, mais qui se péroccupe du bien-être de ses citoyens, le terme de réforme politique renvoie davantage à une évolution prudente de la bonne gouvernance du peuple qu’à un partage démocratique du pouvoir. Le lecteur sort de cette mise en perspective plus lucide des difficultés auxquelles est confrontée le géant, et plein d’incertitudes quant à son avenir.

La santé globale, nouveau laboratoire de l’aide internationale ? Revue Tiers Monde, n° 215, juillet-septembre 2013. Voici venu « le moment de la santé globale », annoncent les coordinateurs de ce dossier Laëtitia Atlani-Duault et Laurent Vidal en introduction. Prenant une réelle dimension transnationale, marqué par de nouvelles logiques d’action visant à assurer une sécurité sanitaire optimisée à l’échelle mondiale, et particpant explicitement aux politiques néolibérales de développement, ce moment de la santé globale a aussi une histoire, qu’il importe de mettre en perspective. Les auteurs détaillent les politiques de lutte contre le sida en Afrique, la grippe aviaire en Asie, l’intégration des populations défavorisées aux systèmes de santé et le rôle des ONG. Un bon panorama d’un sujet d’importance, souvent négligé.

Comment faire l’histoire du monde ? Esprit n° 400, décembre 2013. On trouvera dans cette livraison de la revue Esprit une présentation à plusieurs voix de l’histoire globale et de l’histoire connectée. Philippe Minard s’efforce de repérer les caractéristiques de ces nouvelles façons de faire de l’histoire et propose une bibliographie ramassée sur le sujet. Romain Bertrand développe un plaidoyer pour l’histoire connectée contre les simplismes d’une certaine histoire globale tandis que Philippe Norel montre comment l’histoire globale interroge les pratiques et concepts des économistes.

2013, du côté des magazines :

 Venise médiévale. L’essor commercial et culturel de la cité des doges, Histoire National Geographics, n° 3, juin 2013. Coup de cœur que celui-là : ce bimestriel est un des multiples magazines apparus ces dernières années en histoire, concurrençant les traditionnels L’Histoire et Historia. Sa particularité ? Alors que tous les nouveaux-venus sont exclusivement axés sur l’histoire nationale française et reposent souvent sur les interventions répétées de certains essayistes ou chercheurs, Histoire National Geographics a fait le pari d’un équilibre entre histoire hexagonale et histoire-monde. Et même si cette dernière reste un peu enclavée du côté occidental, même si on y parle beaucoup plus souvent de Babylonie ou de Grèce que d’Asie orientale ou d’Afrique, le progrès est tellement manifeste par rapport à la concurrence qu’on lui pardonne volontiers ce défaut de jeunesse. Elle sait en tous cas solliciter de bonnes plumes, diversifier les signatures, soigner l’iconographie et prendre le nombre de pages nécessaire à l’exploration de ses sujets. Souhaitons-lui longue vie, de même qu’aux deux publications de qualité comparable que sont Carto et Diplomatie, axées sur la géopolitique pour le premier, les relations internationales pour le second.

L’an 1000. La première crise de l’Occident ? Les Cahiers de Science & Vie, n° 137, mai 2013. Un excellent numéro, en ce qu’il dégage comment une historiographie passée a popularisé l’idée que le milieu du Moyen Âge occidental était une période de crise, alors que les médiévistes soulignent aujourd’hui que c’était une période de changements ; que ce changement reposait sur la mise en connexions du Monde, favorisée par un optimum climatique (un réchauffement) – et même l’Amérique, avec l’excursion viking, entrait alors très périphériquement dans cette balbutiante mondialisation ; et surtout que de ce Monde, l’Occident n’était pas le centre, qui gravitait plutôt autour de la Chine des Song, de l’Inde des Chola ou du monde arabo-musulman.

Paradis et enfer. L’invention de l’au-delà, Les Cahiers de Science & Vie, n° 139, août 2013. Plus eurocentré que le précédent, mais quelques incursions dans les au-delà d’Orient, d’Islam et d’Afrique permettent de comparer avec des évolutions judéo-chrétiennes détaillées.

Les Mongols. Le plus grand empire du monde, L’Histoire, n° 392, octobre 2013. Consacrant la moitié de ce numéro à un dossier sur l’Empire mongol, L’Histoire a su y associer une volée de spécialistes anglo-saxons : un entretien avec Igor de Rachewiltz permet ainsi de camper le portrait de Gengis Khan, un autre avec Peter Golden les turbulances passées des peuples de la steppe… On y trouve tout ce qu’il convient de savoir sur cette étonnante aventure qu’a été l’expansion mogole, jusqu’à une description de son terme actuel : cette fièvre gengiskhanide qui a saisi la Mongolie depuis deux décennies, entre nostalgies nationalistes, produits dérivés et banalisation de l’image du conquérant.

L’Atlas des villes, Hors-série Le Monde/La Vie, n° 10, octobre 2013. L’aventure des Atlas Le Monde/La Vie continue. Ce riche numéro consacré à la ville, alors que le Monde compte désormais plus d’urbains que de ruraux, est toujours riche en contenu : articles courts et synthétiques, mise en perspective du passé, du présent et du futur proche, propos de spécialistes et cartographie inspirée fond de cette synthèse un outil utile.

La Chine. Des guerres de l’opium à nos jours, Documentation photographique, n° 8093, mai 2013. Rédigée par Xavier Paulès, une synthèse illustrée à l’usage des enseignants des deux derniers siècles d’histoire de la Chine, de son plongeon dans le chaos à sa présente ré-émergence.

Spécial Terre. En 30 ans tout a changé, Sciences & Vie hors-série, n° 9, octobre 2013. Centré autour de l’Anthropocène, prenant pour point de départ et comme réservoir iconographique la surveillance serrée qu’exercent les satellites sur la Terre, ce numéro prend de l’altitude pour mieux percevoir comment l’humanité transforme son milieu, par exemple au Koweît où, perceptibles depuis six ans de façon croissante sous formes de tâches noires gangrénant le désert, s’empilent les déchets. Les reculs des plages, des récifs coralliens, des forêts, des glaces, des mers intérieures, du permafrost ou des zones humides sont impitoyablement révélés par l’œil des machines. Il semble que l’Homme, nouveau Cain, ait mis un dieu technologique en orbite pour mieux lui rappeler ses fautes.

Mondes émergents, L’Atlas du Monde diplomatique hors-série, n° 5, 2012. Voici l’intrus de ce survol des revues et magazines publiés en 2013, en ce qu’il est paru en 2012 mais n’avait pas été recensé dans notre précédent panorama… Mais cet exhaustif atlas géopolitique est tellement bien conçu qu’il aurait été dommage de ne pas le mentionner.

La grande histoire de Dieu, L’Express hors-série, n° 1, décembre 2012/mars 2013. Aller-retour, « La grande histoire de Dieu » lève le rideau sur Abraham et s’achève dans les décombres syriens de la communautarisation. Entre-temps, au fil de plus de 200 pages, on aura pu prendre connaissance des grands épisodes de l’histoire monothéiste.

Ceux qui ont changé le monde, Historia Spécial, n° 11, mai-juin 2013. Ceux qui ont changé le monde… depuis l’Occident. Normal, leur choix résulte d’un sondage effectué auprès d’un millier de lecteurs du magazine. Trois exceptions : Gandhi vient au secours de la diversité, Mao siège pour la Chine et Nasser pour l’Égypte. C’est Marco Polo qui éclipse Gengis Khan pour symboliser le grand désenclavement du Monde. Sinon, on aura droit aux portraits de Colomb, Einstein, Galilée, Pasteur, Guillaume le Conquérant (ah, bon !), Hitler et Churchill, César, Lincoln et Washington, Lénine et Catherine II… Ah oui, il y a aussi Victoria, soit deux femmes, 10 % des effectifs. La surprise : ne pas y trouver Bouddha, passe encore, mais Mahomet ou Jésus ??? C’est tout simplement que la rédaction a choisi d’exclure les grands réformateurs religieux et les idéologues. D’où on déduira que Lénine n’était pas un idéologue mais avant tout un homme d’action, occupant la 3e place du podium de la notoriété mondiale établi par le comité éditorial. Le premier lauréat étant César, le deuxième Colomb.

Sciences Humaines a publié :

La nouvelle histoire des empires, Sciences Humaines Histoire, n° 2, octobre-novembre 2013

Vers un nouveau monde, Les Grands Dossiers des sciences humaines, n° 33, décembre 2013/janvier-février 2014.

Philippe Noirel comenta el relevante libro para la historia global de François Julien “Entrer dans une pensée”

En el blog histoire globale Philippe Noirel -a cuyo itinerario intelectual se aproximó hace unos años Philippe Lacour-, ha hecho una amplia reseña del libro del filósofo y sinólogo francés François Julien, Entrer dans une pensée ou des possibles de l’esprit, publicado en Paris por Gallimard, en 2012.

Entrer dans une pensée

Philippe Noirel considera esta obra un libro fundador para quienes se preocupan por la historia global. Por su interés la transcribo en esta bitácora.

En este libro Julien muestra un amplio conocimiento de la civilización china, algunos de cuyos logros pude admirar recientemente en el extraordinario Museu do Oriente de Lisboa.

L’histoire globale est par définition critique à l’égard de l’histoire traditionnelle, jugée eurocentrée, privilégiant les dynamiques européennes sur toutes les autres, également trop imprégnée des catégories occidentales d’analyse. De fait, une composante centrale de cette histoire globale vise à repérer l’eurocentrisme dans toutes ses dimensions, ce dont ce blog s’est souvent fait l’écho. Elle n’en est pas moins elle-même l’objet d’une critique forte : en élaborant la complexité des flux de marchandises, de techniques, d’idées, d’abord sur le continent afro-eurasien, puis à l’échelle planétaire, en définissant les acteurs de ces mouvements, elle continuerait à le faire dans les termes mêmes de la pensée européenne, identifiant des États, des marchés, un possible capitalisme, etc. Disons le d’emblée : cette critique paraît largement justifiée et, jusqu’à un certain point, salutaire. Il est ainsi possible que l’histoire globale des flux soit finalement plus utile en tant que pédagogie d’un décentrement très progressif, permettant à ses lecteurs de se débarrasser « en douceur » de leurs préjugés, qu’en tant que discours scientifique, supposé universalisable (qualificatif auquel, à l’évidence, elle ne peut prétendre).
On pourra cependant objecter que l’histoire globale n’est pas seulement élaboration d’interconnexions, à l’échelle de continents ou de la planète. Elle passe aussi par la méthode de la comparaison entre des sociétés supposées différentes, comme l’a brillamment illustré Kenneth Pomeranz dans Une grande divergence, entre Chine et Grande-Bretagne. Là encore cependant, cette pratique peut facilement laisser l’analyste, surtout s’il prend une situation européenne comme un des termes de la comparaison, en dehors des significations et représentations propres à la société « comparée ». La tentation sera grande de chercher dans cette dernière, au pire ce qui lui manque en regard de la « référence », au mieux ce qu’elle a de plus, mais sans vraiment décentrer le regard, sans nécessairement cerner les logiques implicites de l’autre société… Et c’est évidemment en ce sens qu’une certaine « histoire connectée » prétend constituer une alternative à l’histoire globale, en se penchant résolument sur les significations vécues par chacune des parties dans la rencontre ou en tentant de cerner comment les structures économiques, politiques, sociales, peuvent être vécues de part et d’autre. Pour ce faire, elle attache à juste titre une grande importance à l’analyse des textes ou témoignages oraux dans la langue même des parties prenantes. Peut-on pour autant penser qu’engager une telle démarche suffise pour en assurer la réussite ? A l’évidence non et c’est toute la difficulté de l’entreprise qui est indirectement démontrée par François Jullien dans cet ouvrage essentiel que constitue Entrer dans une pensée. Raison pour laquelle nous allons aujourd’hui nous permettre une exceptionnelle incursion dans la philosophie, ce qu’elle a à dire aux histoires globale, comparée, connectée, étant définitivement incontournable.
François Jullien veut nous faire « entrer » dans la « pensée » chinoise… « Pensée » prise, semble-t-il,  à la fois dans son contenu philosophique et dans ses modalités concrètes ou quotidiennes, deux signifiés vraisemblablement non séparables. Et au titre de l’expérimentation il va choisir une phrase clé du corpus littéraire chinois, assertion supposée illustrer correctement un mode de pensée encore prégnant aujourd’hui.  « Entrer », c’est-à-dire en percevoir, sinon en adopter, les « plis », l’implicite, autrement dit ce dont un locuteur a un mal infini à se déprendre, même quand il tente de procéder à l’exercice du doute, tel que la philosophie occidentale l’a pratiqué à partir de Descartes. Tentative à priori impossible pour nous, notamment parce que la pensée chinoise est solidaire d’une écriture très particulière, donc dans un rapport de « dépendance non dénouée avec le pouvoir figurateur du tracé », solidaire aussi d’une langue qui, dans sa variante  classique, est « sans morphologie et quasiment sans syntaxe ». Tentative que ne permet pas non plus la démarche qui consisterait à cerner les écoles de pensée, leurs oppositions et successions, approche trop calquée sur l’histoire conflictuelle de la pensée européenne et peu crédible dans le cas chinois du fait des « connivences sourdement nouées, des évidences inlassablement réchauffées ». Tentative qui est peut-être enfin fondamentalement bloquée par le présupposé que toute pensée procède à partir de « questions », ce qui est de fait le cas dans la pensée grecque, puis européenne, mais peut-être pas dans la pensée chinoise. Bref le risque est immense que, même en pratiquant cette langue, on passe à côté de cette pensée, ce que démontre a plaisir l’auteur dans ses trois premiers chapitres.
Dès lors comment faire ? Jullien nous propose d’étudier, retourner, malaxer, appréhender de plusieurs points de vue différents, une seule phrase chinoise, une phrase qui, comme dans toute autre langue  « secrète un ordre qu’on ne défera plus », obligera à penser dans son sillage et même « plie du pensable ». Il prend comme exemple d’une telle « pliure » la façon dont la première phrase de Proust, « Longtemps, je me suis couché de bonne heure », engage tout le déploiement de « A la recherche du temps perdu ». Et c’est dans le Yi Jing ou « Classique du Changement » que Jullien trouve sa phrase initiale, voire initiatique, celle qui va nous permettre une furtive incursion dans la pensée chinoise. Mais peut-on parler de phrase ? Il s’agit plutôt d’une succession de caractères que l’on peut considérer comme des « termes » et qu’il traduit par : « commencement – essor – profit – rectitude ». Bousculé par une telle différence, le lecteur occidental peut aisément considérer qu’il s’agit là d’une pensée prélogique, peut-être ésotérique, en tout cas non-structurée. Et déclarer alors qu’elle ne peut lui parler, le laisse indifférent et sans prise. Il peut aussi en être d’autant plus stimulé à suivre les développements que Jullien déploie ensuite et qui nous font commencer à « entrer »…
Cette « phrase » exprimerait d’emblée moins un sens qu’une cohérence. Ce serait « la formule-clé de ce qui fait indéfiniment réalité, dans son incessant procès, et que rien ne peut remettre en question – ne peut ni réduire, ni contredire ». Qu’on l’interprète en termes de succession des saisons à partir du printemps, de germination ou de reproduction, d’histoire des sociétés, il s’agit d’un mouvement englobant toute chose et tout être, ne marquant nulle tension ou opposition (par exemple avec un créateur ou une origine), ne laissant présager ni ailleurs, ni extérieur. L’angle de vue ici posé, pour parler en Européen, est « celui de tout processus déclenché et qui se propage, saisi dans son avènement et son déploiement ». Et si le profit consécutif à l’essor suggère une idée de moisson, pour que le bénéfice obtenu soit durable, encore faut-il « qu’il ne favorise rien de particulier, respecte un juste équilibre, ne dévie ni ne déborde. Aussi maintient-il par sa « rectitude », dernier terme de la phrase, son immanente capacité ; et cette fécondité à l’œuvre ne tarit-elle pas ». L’auteur se plaît ensuite à citer les commentaires faits en Chine sur cette phrase, notamment pour montrer combien elle n’interroge, ni n’explique, et même ôte toute prise au questionnement. En revanche, se présentant comme une évidence, tenant tout lié, cette phrase peut éveiller le soupçon du regard européen : « cet ordre si bien régulé ne servirait-il pas de machine à obéissance ? », de support idéologique à une conformité sociale sans cesse ressassée en Chine.
Arrivé à ce point, l’auteur nous a déjà fait « entrer » en dévoilant plusieurs intérêts d’une formulation aussi énigmatique au premier abord. Il a commencé à nous procurer un point de vue quelque peu chinois. Mais le franchissement du seuil va être réellement consommé en nous faisant confronter ce récit chinois de tout processus à ses équivalents occidentaux, celui de la Bible et celui des Grecs. Dans le récit biblique, nulle continuité, mais au contraire un évènement fondateur et un dieu créateur extérieur ; chez Hésiode, un fondement éternel en partie en contradiction du reste avec la dimension temporelle. D’un côté une théologie, de l’autre une mythologie. Mais pour nous l’essentiel n’est pas dans le contenu : il est au contraire dans ce résultat « technique » étonnant qu’obtient François Jullien, à savoir nous permettre de relativiser chacune des trois traditions par les deux autres et même de lire les deux interprétations occidentales des origines avec un regard extérieur… On arrive peu à peu à moins de complaisance vis-à-vis des séparations et conceptualisations qui nous sont familières, on aperçoit plus facilement en quoi l’idée d’un créateur extérieur, par exemple, tout à la fois oriente définitivement et limite drastiquement la pensée européenne ultérieure. Et on en vient finalement à trouver bien des vertus au récit du Yi Jing tout en relevant son ambiguïté politique.
Il est certes impossible de résumer ici le corps d’un texte dense et érudit, dans lequel le simple amateur de réflexion philosophique peut aisément se perdre. Mais la trajectoire suivie par l’auteur ensuite est clairement exposée. Il commence par montrer (chap. 9 et 10) combien les traditions hébraïque et hellénique sont de fait déjà interdépendantes car métissées en amont, sans doute à Babylone, certainement aussi en relation avec la foisonnante mythologie propre à la pensée indienne des origines. Ne seraient-elles donc qu’une ultime variation dans une infinité de récits des origines, tous soumis à des contradictions internes comme à des incompatibilités mutuelles ? Du coup, le retour à la phrase chinoise (chap. 11) montre cette dernière comme incroyablement décantée : « on mesure alors à côté de quoi, sans s’en rendre compte, celle-ci est passée ; on la lit (du dehors) dans ce (qu’elle ne sait pas) qu’elle ne dit pas ». Et on réalise qu’elle ne se prête pas « à contestation, à autre chose que de la glose et de l’explicitation ». Se pourrait-il alors qu’elle n’ait rien à nous dire ? Renversant la question au chapitre 12, Jullien montre que c’est tout autant la Chine qui est restée indifférente aux mythes ou théologies, et jusque tard rétive à nos catégories de pensée par trop clivantes. Et de fait, si des vestiges de mythologie subsistent dans la culture chinoise, ils ne se déploient pas, « enfouis ou travestis par une cohérence qui prévaut sur eux et les étiole ». La Chine aurait ainsi privilégié un parti-pris ritualiste « qui n’est pas explicatif, mais tend à déceler la ligne d’évolution des choses pour y lire une propension à laquelle se conformer ». Elle a de ce fait choisi un des « possibles de l’esprit ». Ce qui l’amène à être fort peu concernée par d’autres partis-pris, les nôtres en particulier, de la même façon que son discours propre n’aurait rien à nous dire.
Cette variété des « possibles de l’esprit » est alors étudiée par Jullien dans l’exemple grec (chap. 13). Il voit dans la langue un outil clé de construction dans/de la pensée et montre remarquablement combien le grec « construit un sens » à partir d’une grammaire qui induit le concept de cause, lequel hypothèquerait définitivement la suite de la réflexion (y compris la notion de Dieu). A l’inverse le chinois (classique) « condense des cohérences », sans doute en grande partie du fait de son absence de grammaire, de temps, de distinction entre passif et actif, etc. et se traduirait en « formules » plus qu’en énoncés logiques. Penser selon les Grecs sera alors « trancher successivement dans une série organisée d’alternatives s’impliquant les unes à partir des autres, optant pour une solution et refusant l’autre », ce sera « problématiser ».  Chez les Chinois, ce ne sera pas cette déduction des raisons mais plutôt un dévidement ou enfilement, la phrase étant aussi processive que ce qu’elle entend faire entendre, et la problématisation étant superbement ignorée. Sur ces bases, l’auteur consacre le chapitre 14 à réhabiliter le sens de la traduction, à condition que celle-ci fasse précisément entendre ces écarts et permette de faire « entrer », non pas tire tout de suite vers les catégories européennes des textes qui leur sont profondément étrangers, phénomène dont il donne des incarnations certes grotesques mais qui ont malheureusement longtemps fait autorité. Au final il considère que la révélation de ces multiples « possibles de l’esprit » est sans doute le moyen d’un dialogue fructueux entre l’Europe et la Chine, de façon notamment é caractériser ce substrat commun dont les « possibles » auraient dérivé, mais cette conclusion paraît moins étayée et brillante que le reste de sa démonstration.
On ne cherchera pas à construire ici, en conclusion, ce que pourrait être pratiquement l’apport du livre de Jullien à l’histoire globale (ou connectée ou comparée). Cela se fera peut-être, ici ou là, par le travail effectif et l’étude attentive des « écarts ». Il me semble clair néanmoins que cet ouvrage devrait être, pour nous, véritablement fondateur.
A %d blogueros les gusta esto: